Accueil Belgique Politique

Ce qu’il faut attendre du Comité de concertation de ce vendredi

Le Comité de concertation devra notamment décider si la quatrième étape du plan été peut entrer en vigueur comme prévu.

Temps de lecture: 2 min

Une nouvelle réunion du Comité de concertation est prévue ce vendredi 20 août pour se pencher sur la situation sanitaire en Belgique. Il s’agira de faire le point sur l’évolution de la pandémie de covid dans notre pays et de voir quelles mesures seront encore nécessaires pour les prochains mois.

Concernant le télétravail, on pourrait faire un sort aux « recommandations » en tant que telles aux employeurs, en privilégiant désormais l’autonomie de jugement. Il ne serait donc plus question de télétravail « obligatoire » ou « recommandé ».

Avant l’été, une série d’assouplissements avaient été décidés dans le cadre du « plan été » pour un retour à une vie « plus normale », décliné en quatre phases (à partir du 9 juin, à partir du 1er juillet, à partir du 30 juillet et à partir du 1er septembre).

Lors de la quatrième phase, on augmente la jauge dans l’événementiel en intérieur, en passant de 3.000 à 5.000 personnes. À l’extérieur, on passe à 10.000 personnes. Pour les camps de jeunesse, toutes les restrictions tombent, tout comme pour les cultes, les mariages, les enterrements et les événements à l’intérieur.

Ce vendredi, on parlera également de l’événementiel nocturne (les boîtes de nuit), où le maintien des gestes barrière et du port du masque ne permet pas, jusqu’à présent, d’envisager de rouvrir.

La vaccination obligatoire du personnel soignant qui fait débat, la réouverture de l’événementiel nocturne ainsi que l’extension de l’usage du Covid Safe Ticket devraient également être au cœur des discussions.

À lire aussi Afghanistan, covid, inondations: les trois devoirs au fédéral

Le Comité de concertation devra donc décider si la quatrième étape du plan été peut entrer en vigueur comme prévu. La dernière réunion de l’organe associant fédéral et entités fédérées remonte au 19 juillet.

Pour ce qui est de l’enseignement, le retour en présentiel partout est confirmé. Par contre, Bruxelles et la Wallonie n’auront désormais plus la même politique en terme de port du masque.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par curto calogero, mardi 17 août 2021, 22:59

    La plus grande attentent , que les politiques retrouvent leurs lucidité, que leurs décisions soient plus cohérentes pour tout le monde, comme interdire d'un côté des petits truc, et accepter des dizaines de milliers de supporter dans les stades de foot sans geste barrière, en train de chanter crier, s'embrasser, non cela est illogique . même s'ils ont tous leurs pass Convid, le bon sens doit être une priorité.

  • Posté par lamine jenny, mardi 17 août 2021, 13:14

    Le pays est à deux vitesses: la vaccination du personnel soignant n'est pas obligatoire, la liberté de chacun. Je suis vacciné depuis plusieurs mois et je dois passer une coloscopie en hospitalisation de jour, on m'oblige de faire un test PCR quarante huit heures avant d'entrer dans l'hôpital. Donc vacciné par suffisant mais un test PÇR pour être certain que je ne suis pas porteur pour éviter de contaminer le personnel soignant, tandis que ce même personnel ne doit pas être vacciné et peut donc contaminer les patients?... Dans quelle logique sommes nous? Puis je donc obliger la personne qui s'occupera de moi d'être vaccinée, n'est ce pas normal, ou bien les anti vaccin ont tous les droits? VACCINATION OBLIGATOIRE POUR TOUS

  • Posté par curto calogero, mardi 17 août 2021, 22:30

    Même vacciner, le personnel, peut vous contaminé, il faut pas faire un amalgame, ou la vaccination égal sécurité, le vaccin vous protège des formes grave de la maladie, c'est bien le message que j'ai lu dans les messages de l' UNICEF.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une