Accueil Société

La task force vaccination recommande la troisième dose pour les immunodéprimés

425.000 personnes sont concernées. La task force ne recommande pas pour l’instant de troisième dose pour les personnes âgées.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Sauf surprise, la conférence interministérielle santé de ce mercredi devrait donner son feu vert à l’administration d’une troisième dose de vaccin aux personnes immunodéprimées. La task force vaccination a en effet rendu un avis favorable et un accord est déjà intervenu entre les différents chefs de cabinet ce lundi. L’avis de la task force vaccination se base sur une revue de la littérature scientifique réalisée par Sciensano et le Centre fédéral d’expertise des soins de santé qui conclut à l’utilité de cette troisième dose pour les gens ayant une immunité affaiblie, les deux premières doses s’étant avérées insuffisantes pour les protéger de façon optimale contre le covid. « Il ne s’agit donc pas d’une dose de rappel mais bien d’une continuation du schéma vaccinal actuel », explique Sabine Stordeur, project manager de la task force vaccination. « Plutôt que d’avoir deux doses, ces gens ont besoin d’en recevoir trois. »

Qui sont les immunodéprimés

Dans son avis aux ministres, la task force vaccination ne recommande par contre pas – pour l’instant – de troisième dose pour les personnes âgées. « Il n’y a pas assez de preuves scientifiques qui permettent d’argumenter en faveur de cette troisième dose », poursuit Sabine Stordeur. « Des études scientifiques sont en cours pour évaluer la durée de protection des vaccins actuels. On va les suivre attentivement et en fonction des résultats de celles-ci, on avisera. »

La task force vaccination estime à 425.000 le nombre de personnes immunodéprimées en Belgique. Il s’agit d’une déficience immunitaire soit congénitale (plutôt rare), soit acquise. Elle peut être due à des maladies ou à des traitements (chimiothérapies, immunosuppresseurs…). On retrouve dans ce groupe les personnes souffrant de leucémie et d’autres cancers, les VIH positifs non stabilisés, les personnes en attente d’une transplantation d’organe ou qui ont été greffées, celles qui doivent subir une hémodialyse suite à une insuffisance rénale, les patients atteints de maladies inflammatoires et traités par immunosuppresseurs. Ces personnes seront identifiées et convoquées grâce à la base de données des personnes souffrant de comorbidités qui avait été constituée au printemps dernier pour les besoins de la campagne de vaccination.

Dès septembre

Cette troisième dose sera un vaccin à ARN messager (Pfizer ou Moderna). Son administration devrait débuter dès septembre. La Belgique attend encore un avis de l’EMA, l’Agence européenne des médicaments, sur l’utilisation du vaccin Pfizer en guise de troisième dose. Aux Etats-Unis, l’autorité régulatoire (FDA) a déjà donné son feu vert à Pfizer. L’EMA devrait faire de même dans les prochains jours. Son approbation est, entre autres, attendue pour savoir quel intervalle minimum il est nécessaire de respecter entre la deuxième et la troisième dose. C’est notamment important pour les personnes qui vont changer de vaccin et passer d’un vaccin à adénovirus (AstraZeneca, Johnson&Johnson) à un vaccin à ARN messager. « Même s’il n’existe pas de preuves formelles à ce stade, on a des indices concordants qui montrent que la vaccination hétérologue (mélanger deux vaccins différents) augmente la protection », ajoute Sabine Stordeur.

Ces patients immunodéprimés seront vaccinés selon les mêmes modalités pratiques que celles en cours depuis le début de la campagne. Les personnes sous hémodialyse seront vaccinées au sein des hôpitaux. Les personnes capables de se déplacer seront invitées à se rendre dans un centre de vaccination tandis que les personnes grabataires seront vaccinées chez elles par les services de soins à domicile ou le médecin généraliste. Les résidents des maisons de repos concernés seront, eux, vaccinés au sein de leur établissement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, mercredi 18 août 2021, 0:09

    Que les mutuelles refusent de couvrir les inciviques non vaccinés hospitalisés ensuite du Covid19 !!!

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, mardi 17 août 2021, 15:40

    Et pourquoi une 3eme dose? Parce que apres 5 mois, les "vaccinés" n'ont plus d'anticorps. Le premier ministre israelien vient d'admetre que le vaccin ne sert à rien. These older Israelis are already vaccinated. Yet as Israel’s Covid wards, fill their prime minister is now more or less admitting that they are unprotected against the virus. A major preprint out of Japan from July 30 explains why. The researchers examined Pfizer vaccine-generated antibodies in more than 200 people and found that on average they fell to undetectable levels about 6.5 months after the first shot - or roughly five after they reach full vaccination. In other words, the Israel failure is happening right on schedule. Vaccine protection lasts months, not years. (Four months, give or take, since protection is limited the first month and likely negative the first week or two.) Thus Bennett’s desperate call for a third shot. But although the booster does seem to produce new antibodies, neither the Israeli government nor Pfizer nor anyone else can know whether it will reduce infections or deaths, either temporarily or permanently. NO ONE HAS CONDUCTED ANY CLINICAL TRIALS TO DETECT THESE ENDPOINTS OR TO EXAMINE THIRD SHOT SIDE-EFFECTS IN ANY DETAIL.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 18 août 2021, 15:07

    Hubert-complotiste-de-la-merde : Allez vous faire f. avec vos inventions MENSONGÈRES !

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 18 août 2021, 9:13

    Ce que le bonimenteur de la Batte qui ne s'y est pas trouvé au bon moment oublie c'est que suivant le pathogène visé des vaccins parfaitement actifs et efficaces doivent être administrés selon des programme différents. Pour la fièvre jaune, une dose suffit pour conférer une immunité à vie. Pour l'hépatite B, deux doses à six mois d'intervalle et un rappel à 5 ans sont nécessaires pour une immunité qui reste stratosphérique tout le reste de sa vie. Pour le tétanos, C'est 4 doses étant enfant suivi de rappels tous les 5 ans. Pour la grippe, le virus est tellement vicieux qu'il faut une nouvelle vaccination tous les ans. Le fait que des rappels soient nécessaires ne signifie donc pas que la vaccination ne fonctionne pas mais qu'il faut l'adapter au profil du pathogène. Pour en arriver à devoir utiliser des arguments d'une telle stupidité, vous devez être vert de rage par rapport à l'efficacité de la vaccination. Il y a en effet un lien inverse incontestable entre la profondeur de la couverture vaccinale par pays ou par région, chez nous ou dans le monde, et le nombre de patients hospitalisés suite à une infection au variant delta. Ce chiffre est le plus haut à Bruxelles où le taux de vaccination est le plus bas. En France, ce chiffre est le plus haut dans les Antilles et à la Côte d'azur où les taux de vaccination est faible mais est le plus bas dans le Nord où le taux de vaccination est le plus élevé au point que le Nord accueille actuellement nombre de patients du Sud et des territoires d'Outremer. Lors de la première et de la seconde vague de la covid, on dénombrait 150 décès par 100000 résidents de MRS. Lors de la troisième vague, alors que tous les résidents ou presque étaient vaccinés, ce nombre à chuté à moins de 5 personnes par 100000 résidents. Nicolas Bedos qualifiait son héros , OSS117, d'abruti. Nathalie Malleux le qualifiait de crétin. Je crois que le seul éclair de lucidité que vous avez eu dans votre misérable existence, c'est au moment où vous avez choisi votre pseudo qui vous décrit parfaitement. Adolf pour l'idéologie. Le reste, je vous laisse deviner pour quoi.

  • Posté par Dewaele Laurent, mardi 17 août 2021, 15:52

    Ca y est, les antivaxs trop couillons pour se sentir avec une boule dans le bras pendant 24h00 ou un peu de fièvre (alors que d'autre prennent leur responsabilités et contribuent à l'effort de guerre) et qui mettent l'économie à mal (et oui, 95% des hospitalisés en Belgique sont des non vaccinés complets, ne vous en déplaise) sont de retour un peu à bout d'argument. Sinon, votre oncle venu d'Autriche se porte bien? lol

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko