Accueil Société Enseignement

Rentrée scolaire: Bruxelles ne peut pas laisser tomber le masque

La progression de l’épidémie a incité les autorités à différencier les mesures entre Bruxelles et la Wallonie. Le port du masque reste généralisé en secondaire pour la première, mais il ne sera plus obligatoire en classe pour la deuxième.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Ministres, professeurs, éducateurs, épidémiologistes… tous rêvaient, cet été, d’une rentrée des classes la plus normale possible. Las, à la lecture de l’évolution en sens divers de l’épidémie, il leur faut désormais partiellement déchanter. On fait désormais face à une Wallonie qui sourit et à une Bruxelles-Capitale qui pleure. C’est que, même sans calculette, le gouffre qui sépare l’île bruxelloise du reste de la Belgique saute aux yeux.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par hemmer arthur, mercredi 18 août 2021, 22:36

    Question ....secondaire: les écoles flamandes de BXL sont-elles soumises au même régime ?

  • Posté par Jean Luc, mercredi 18 août 2021, 11:16

    "Rentrée scolaire: Bruxelles ne peut pas laisser tomber le masque". - A mettre en parallèle avec le très faible taux de vaccination de la jeunesse, spécialement dans les communes musulmanes ; et avec 10% de contaminés au retour du Maroc. A ceux à qui ça ne plait pas: les faits sont têtus.

  • Posté par NIVELLES Stephan, mercredi 18 août 2021, 11:12

    C’est hallucinant comme la société se délite. Une directrice qui renonce à faire son boulot à savoir faire respecter les règles, un autre qui dés à présent pense qu’il sera difficile de la faire respecter. Des enseignants qui ne comprennent pas qu’il peuvent aller à Ronquières dans masque ni distanciation sociale mais avec un covid save ticket, si c’est le cas qu’ils fassent le spectacle avec un tel document que diable !!!! Cela fait des mois, avant que les vaccins ne soient disponibles, que l’on sait que la principale solution à la pandémie c’est la vaccination pour réduire les inconvénients de la distanciation sociale et les masques et nous en sommes toujours là. c’est à désespérer de notre société et de ceux qui sont en charge de l’enseignement nos enfants.

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs