Accueil Culture Musiques

Dennis Brain: clarté, d’humour et d’humanité

Homage

Fiche - Temps de lecture: 1 min

Fils du corniste Aubrey Brain avec qui il enregistre à 16 ans le divertimento K 334 de Mozart, Dennis Brain demeura le corniste le plus éloquent de l’immédiat après-guerre (il mourut en 1957 dans un accident de voiture, son autre passion). Sa renommée était immense, notamment pour sa lumineuse intégrale des concertos de Mozart qu’il grava avec Karajan et son orchestre Philharmonia. A ce joyau hors pair s’ajoutent avec le même chef une savoureuse symphonie concertante de Mozart, le sévère concerto de Hindemith dirigé par le compositeur et de magiques concertos de Strauss avec Sawallisch. Mais Brain est aussi un délicat chambriste (sonate de Beethoven), un brillant défenseur des pièces de caractère comme la Villanelle de Dukas ou de pièces de chambre avec Son Wind Ensemble (Mozart bien sûr mais aussi Ibert, Dvorak ou Gounod sans oublier les quintettes pour piano et vents autour du clavier de Gieseking). Et tout cela était défendu avec un mélange de clarté, d’humour et d’humanité qui subjugue à chaque instant.

Warner Classics, un coffret de 11 CD

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs