Accueil Monde Asie-Pacifique

«S’ils me trouvent, ils me tueront»: un ex-collaborateur afghan de l’armée allemande raconte sa fuite de Kaboul

Zalmai Ahmadi a travaillé pour les Allemands en Afghanistan et s’est aventuré mardi avec sa famille sur le chemin de l’aéroport de Kaboul, sans visa ni passeport. Cagoulé, pour éviter de tomber entre les mains des talibans. Il nous raconte ce qu’il a vécu par téléphone.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Il a réussi à atteindre l’aéroport international de Kaboul. Avec sa famille. Dans un taxi. Cagoulé pour que personne ne le reconnaisse.

Pourtant, dimanche, Zalmai Ahmadi pensait que tout était fini. Que lui, l’ex-interprète de l’armée allemande en Afghanistan, allait tomber entre les mains des talibans. Mais il semble finalement qu’il devrait pouvoir fuir le pays. À la dernière minute.

« Je ne sais pas ce qu’il va se passer maintenant, où nous allons aller. Ça m’est égal. L’essentiel, c’est de partir », dit-il au téléphone, les yeux tournés, près du tarmac, vers les avions envoyés par les Américains et les Allemands pour évacuer leurs ressortissants, le personnel de leurs ambassades et leurs anciens auxiliaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, jeudi 19 août 2021, 6:44

    «S’ils me trouvent, ils me tueront». Vous espériez quoi? Qu'ils vous offrent le thé? Comment voulez-vous qu'ils réagissent en face de quelqu'un qui aidait directement l'ennemi?

  • Posté par Timmermans Roger, samedi 21 août 2021, 9:35

    réagir en tuant les gens sans le moindre jugement ? Vous avez une étrange conception de l'humanité ?

  • Posté par Van Schouwburg Jean-michel, jeudi 19 août 2021, 14:02

    Monsieur , les lois de la guerre font que lorsque la guerre est finie on renvoie les prisonniers chez eux et les ennemis d'alors deviennent des citoyens de leurs pays respectifs. Et on repart à zéro. D'ailleurs le Pdt Trump a libéré 5.000 talibans et donc les talibans doivent faire de même avec leurs ennemis. En plus , les Talibans ont commis des actes de terrorisme sur des civils à Kaboul et ailleurs . Ce sont des délinquants criminels, pas des "ennemis" de guerre.

  • Posté par Charlot Michel, mercredi 18 août 2021, 18:02

    Quand les Allemands ont évacué la Belgique en 1944, ils ont aussi laissé derrière eux leurs "collabos" - et pas mal d'entre eux ont fini devant le peloton d'exécution (à Namur: dans les fossés de la Citadelle).

  • Posté par Martin Roland, mercredi 18 août 2021, 21:27

    N'inversons pas les rôles, svp.

Plus de commentaires

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs