Accueil Monde Asie-Pacifique

Les Etats-Unis ouvrent grand leurs portes à leurs anciens collaborateurs afghans

Des milliers d’Afghans ayant travaillé directement pour les Etats-Unis en vingt années de guerre arrivent sur le territoire américain. Si autour d’eux se dessine une généreuse mobilisation, encore faudra-t-il, sur le long terme, apprendre à surnager financièrement en Amérique.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

David Rohde ne décolère pas envers l’Administration Biden. Le journaliste du New Yorker, qui séjourna durant huit mois dans les geôles talibanes avant de parvenir à s’évader en 2009, remue ciel et terre pour faire venir aux Etats-Unis celui qui l’aida dans sa fuite, ainsi que sa famille. Mais Tahir Luddin n’a reçu le feu vert de l’ambassade des Etats-Unis à Kaboul pour son Special Immigrant Visa (SIV) que ce lundi. Il était trop tard : difficile de se rendre à l’aéroport, au risque d’être arrêté et rossé, voire exécuté, à un checkpoint taliban.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, mercredi 18 août 2021, 21:46

    Il faudra quand même tout faire pour ramener Tahir Luddin et sa famille!

  • Posté par Druide David, mercredi 18 août 2021, 22:40

    Va le chercher!

  • Posté par Vullo Chloe, mercredi 18 août 2021, 19:19

    C'est le minimum...

  • Posté par Lombard Fernande, mercredi 18 août 2021, 21:41

    On arrive vite au bout du minimum...

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs