Accueil Opinions Éditos

La Culture ne peut pas être administrée par des pousse-boutons

Un accord politique tripartite a redistribué les présidences et vice-présidences d’associations culturelles majeures, selon les couleurs du gouvernement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Lorsqu’a été promulguée la « nouvelle gouvernance culturelle », en mars 2019, nous pensions naïvement qu’une dépolitisation de la culture était en marche. L’accord confidentiel scellé en mars par les trois partis siégeant au gouvernement de la FWB ne va pas dans ce sens.

Indiscutablement, il fallait briser la politisation historique, vaguement occulte mais bien présente, que s’arrogeaient en coulisse des partis trop bien installés. Pour la première fois, le marchandage quitte les bureaux de partis pour la table gouvernementale et l’accord est acté par le secrétaire du gouvernement. Ce n’est pas encore la pleine lumière, l’accord reste confidentiel, presque honteux, mais ce n’est plus un mystérieux trou noir.

Admettons par ailleurs n’avoir détecté aucun cas où la personne désignée pour accepter une fonction soit sans qualités pour ce poste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par NOBEN Karl, jeudi 19 août 2021, 10:39

    Ca manque un peu de concret et de profondeur tout cela, Monsieur Lallemand. Certes il faut protéger vos sources, mais en restant aussi vague, vous utilisez un argumentaire qui flirte (pour moi) avec la rhétorique complotiste... Quels sont les pouvoirs réels de ces présidents d'asbl ? S'agit-il de fonction de gestion ou de direction artistique ? Quel est la liberté laissée aux équipes des institutions par ces administrateurs ? En quoi est-il problématique qu'une fonction d'administration non artistique soit assurée par un représentant de l'exécutif plutôt que de l'administration? tout ceci illustré par des exemples du passé... En ce qui me concerne, sans aborder ces questions là, je ne mesure pas l'étendue du "problème" sur lequel vous ne levez qu'un infîme coin de voile.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 19 août 2021, 11:21

    C'est bien. Vous avez casé "complotiste". C'est à la mode...

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs