Accueil Léna

A la frontière entre neurologie et psychiatrie

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Une nuit, à l’hôpital, Karl Deisseroth a rencontré Mateo, un jeune de 26 ans que ses trois frères venaient d’amener. Deisseroth était de garde en psychiatrie quand ils se sont présentés aux urgences. Durant la consultation, Mateo lui a confié les motifs de sa visite. « Pourquoi suis-je ici ce soir ? », lui a-t-il dit en enlevant ses lunettes. « Le fait est que j’ignore pourquoi je suis incapable de pleurer. » Deux mois plus tôt, un accident de la route avait ôté la vie à sa femme, enceinte, alors qu’ils revenaient d’un voyage en amoureux dans le nord de la Californie. Mateo était au volant de la camionnette et n’avait pas pu sauver la vie de sa partenaire. Il était tout aussi incapable de pleurer sa mort.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Grand format De Washington à Berlin, l’équation chinoise donne des maux de tête

Aussi bien aux Etats-Unis qu’en Allemagne, la question du positionnement par rapport à la Chine taraude les dirigeants. La récente trêve dans la dégradation des relations entre Joe Biden et Xi Jinping durera-t-elle ? L’Allemagne, de son côté, est-elle prête à faire primer le respect des droits de l’homme sur les intérêts économiques ? Et pourquoi la Chine, un des premiers donateurs mondiaux d’aides au développement, s’accroche-t-elle, à tout prix, à son statut de pays… en développement ?

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs