Accueil Société

Addiction au sport : le besoin de prendre sa dose

Le sport est souvent vanté pour ses bienfaits, mais il n’est pas bon d’en abuser. La bigorexie, ou addiction au sport, peut s’associer à d’autres troubles pour entraîner des problèmes plus graves.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le sport est une source de plaisir, de détente et de fierté pour de nombreuses personnes. Pour certains, cela devient même un besoin quotidien. Une addiction, nommée bigorexie, sur laquelle se penchent les psychiatres. Si elle ne présente aucun problème seule, elle pourrait s’associer à d’autres maux plus profonds. « On ne reçoit pas de patients bigorexiques à proprement parler », explique Damien Brevers, professeur de psychologie du sport à l’UCLouvain. « Ce que l’on constate par contre, c’est que certaines personnes se disent addicts au sport mais se servent de l’activité physique pour compenser d’autres problèmes. » Ces problèmes, Florian les connaît bien. Agé de 22 ans, il ne supporte pas de sauter une séance de sport. « Si je rate une séance, elle sera obligatoirement remise au lendemain, avec un surplus », raconte-t-il. « C’est comme une drogue, la sueur, la douleur, plus on en prend plus on en a besoin. » Immobilisé par une blessure en 2016, il explique être tombé dans un autre travers.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, dimanche 22 août 2021, 22:41

    Moa cè l'a doz de chite, ki ô moin kré dlamploa ché lè défavorrizé ke lékol rassist lèsse de koté band de sal belch

  • Posté par Le Cynique, samedi 21 août 2021, 13:42

    Article qui jette le doute sur les sportifs.Ne pas confondre les sportifs de haut niveau,de compétition qui n'en dorment plus et prennent des tas de suppléments vitaminés,protéinés et autres saletés tout aussi inutiles.Ceux-là ont le moral à zéro à cause de tout cela.PAr contre l'amateur qui lui ,gère son temps,son agenda et son moral bénéficiera des hormones de bonne humeur dont j'ai oublié le nom.Pour lui(ou elle) le sport est plus une détente qu'une obligation. Donc ne pas comparer athlètes olympiques et amateurs.

  • Posté par Le Cynique, lundi 23 août 2021, 10:43

    Massacry:Tout est question de juste milieu bien sûr.d'accord mais il faut se raisonner soi-même et cela une fois que l'euphorie est atteinte , devient difficile je l'admets!

  • Posté par massacry olivier, dimanche 22 août 2021, 22:00

    Je ne partagerais pas tout à fait votre analyse. Parmi les amateurs il y a aussi des forcenés et ou obsédés de leur pratiques, qu'elles soient leur niveau. Le problème pour ces derniers, contrairement au professionnels, est qu'il ne sont pas suivi ni encadré. Le pire serait plutôt que c'est parmi eux que les suppléments, voire dopant, sont consommés sans contrôle. Bref c'est plutôt dans cette catégorie de sportif que la bigorexie peut s'averer néfaste, tant sur le plan physique, que psychique et métabolique. Donc du sport addictif, oui, mais de façon saine et sereine.

  • Posté par massacry olivier, vendredi 20 août 2021, 0:04

    Pas un mot sur les endorphines? Article un peu creux.

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs