Accueil Économie Entreprises

E-réputation: comment vos réseaux sociaux peuvent torpiller votre recherche d’emploi

70 % des employeurs se disent prêts à écarter une candidature sur base d’un profil rédhibitoire sur la toile, assure une étude du Forem. Qui veut sensibiliser les jeunes diplômés à leur « e-réputation », source de risques mais aussi d’opportunités.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 4 min

Le message est martelé, mais pas systématiquement entendu : attention à ce que l’on poste sur les réseaux sociaux, surtout si l’on est en recherche d’emploi. « Quelque 7 employeurs sur dix se disent prêts à écarter une candidature sur base des informations récoltées sur Internet », prévient le Forem qui vient de clôturer une étude à ce sujet : 500 employeurs et un millier de demandeurs d’emploi ont répondu aux questions que l’organisme public wallon dédié à l’emploi et la formation leur a posées.

Il en ressort que ce qui pourrait sembler n’être qu’un simple risque peut générer des conséquences très fâcheuses : 22 % des employeurs interrogés affirment avoir déjà écarté une candidature sur cette base…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Mourmaux Jean-François , vendredi 20 août 2021, 23:46

    Les employeurs lisent aussi les commentaires du forum du Soir et ceux des autres journaux ;-)

  • Posté par Bruyère Henri, vendredi 20 août 2021, 17:07

    Je m'en amuse. Certaines de mes infos sont publiques, d'autres privées. Rien de ma personnalité ne transparaît dans mes pages. Je n'y affiche aucun renseignement privé. Ce qui est publique, j'en ai bien conscience, me sert à me vendre. Sinon, ça reste dans la sphère privée. Aucun de mes contacts proches ne relève de mon cercle professionnel. A contrario, je lis les très nombreuses pages publiques de certains de mes dirigeants et me "délectent" de leurs conneries. Ca me permet de relativiser leur aura, leur grande gueule, leur "leadership". Car oui, cela peut aussi se retourner contre eux. J'ai refusé des emplois en lisant la littérature crétine de certains chefs d'entreprise. Ca marche dans les 2 sens, ce truc !

  • Posté par G Jean Luc, vendredi 20 août 2021, 11:25

    Quel est l’intérêt des réseaux asociaux si on ne dit pas à toute la planète qu'on va au petit coin, qu'on était rempli comme une outre le soir d'avant ou qu'on fume un joint de l'autre coté de la planète? je me demande comment les anciens ont pu survivre sans ça?? et je parie que dans 3 ans, on pourra acheter les infos de certains profils sur ces réseaux, que les infos soient publiques ou privées.

  • Posté par Matt hieu, vendredi 20 août 2021, 10:56

    Quand j'aborde cette thématique avec mes élèves, ils se bidonnent. Ils ont tous plusieurs comptes avec des pseudos et considèrent la différenciation entre la vie privée et la vie publique comme une polémique du siècle dernier. Même en tentant de leur faire comprendre que ce n'est pas uniquement valable pour le job de leur vie chez solvay mais également pour leur job d'étudiant, ils se bidonnent et me répondent qu'ils gèrent... j'ai un petit moment de solitude face à leurs réponses.

  • Posté par Evrard Léopold , vendredi 20 août 2021, 10:29

    Vie privée vie publique, tout ça devient franchement diffus

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs