L’épargne ne rapporte rien. Mais alors, comment investir notre argent ? Voici un des secrets : les fonds d’investissement durables

Le déluge s’est abattu sur notre pays ces dernières semaines, la crise climatique se fait de plus en plus tangible et n’échappe pas non plus au monde financier. Les consommateurs d’aujourd’hui veulent vivre de manière plus consciente, et les banques ne peuvent rester à la traîne. L’investissement durable est-il le modèle d’épargne du futur ? Des services bancaires plus écologiques et plus rentables : c’est possible.

Sensibilisation croissante à l’environnement

Si on commence par le sommet de la chaîne financière, ce sont les acteurs majeurs qui doivent donner l’exemple. The Shift, le réseau belge pour le développement durable, a lancé la Belgian Alliance for Climate Action (BACA) en collaboration avec le WWF Belgique. En tant que coalition faîtière d’entreprises et d’organisations désireuses de renforcer leurs ambitions climatiques afin d’atteindre les objectifs de l’accord sur le climat, la BACA pèse sur l’agenda climatique et peut également prendre des mesures concrètes. Les Science Based Targets (SBT), qui fixent des objectifs clairs en termes d’émissions de CO2, jouent un rôle majeur à cet égard.

Au début de ce mois, la Commission européenne a resserré les boulons en adoptant un acte législatif qui devrait empêcher le greenwashing dans les entreprises et les banques, c’est-à-dire les activités qui, sur papier, paraissent respectueuses de l’environnement, mais qui ne le sont pas en réalité. Le commissaire européen Valdis Dombrovskis est clair : pour faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050, nous avons absolument besoin des investisseurs privés et des entreprises. Par exemple, les banques doivent indiquer dans leur rapport annuel leur part d’investissements verts par rapport montant total.

Label de durabilité

Dans notre propre pays également, nous travaillons d’arrache-pied à la mise en place d’un secteur financier durable qui n’a plus de secrets pour nous, consommateurs, et qui contribue à rendre l’industrie plus durable. L’été dernier, la fédération du secteur financier Febelfin a lancé le label de durabilité « Towards Sustainability » pour les banques. Car les produits financiers jouent également un rôle majeur dans l’écologisation. Où va l’argent de notre compte d’épargne ? Quels sont les prêts couverts par cet argent ? Et quelles entreprises sont financées par la banque dont nous sommes clients ?

Se servir de l’argent comme levier en vue de l’écologisation de la planète, cela semble presque aller de soi. La banque que vous choisissez joue un rôle, mais aussi la façon dont vous gérez votre épargne. Depuis le début de la crise du coronavirus, les jeunes de 18 à 35 ans s’aventurent en masse en bourse, selon les chiffres de la FSMA, l’organisme de surveillance des marchés boursiers. Un compte d’épargne dormant ne rapporte presque rien ; il est donc préférable d’investir intelligemment dans les fonds appropriés. Et aujourd’hui, les fonds appropriés sont des fonds durables. Frédéric de Mévius, descendant de la famille propriétaire d’AB InBev et Belge fortuné (classé sixième avec une fortune estimée à 3,4 milliards d’euros), a déjà prédit dans ce journal que « l’investissement durable a le vent en poupe et finira par devenir conventionnel ». Il n’investit plus que dans des entreprises européennes ayant une incidence positive sur le climat et la santé. Ce n’est pas de la philanthropie, mais une sorte d’optimisme du progrès. La société suédoise Oatly en est un bel exemple ; elle conquiert les rayons réfrigérés des supermarchés du monde entier avec ses produits à base d’avoine et a fait une entrée réussie en bourse ce mois-ci.

Des services bancaires verts dans votre poche

Ce sont principalement les jeunes générations qui font un usage très consciencieux de leur portefeuille. Elles n’ont pas peur de consommer, mais veulent le faire auprès de marques et de banques qui se soucient de la santé et du développement durable. Cette prise de conscience joue également un rôle croissant au niveau des services bancaires eux-mêmes. Grâce à la toute nouvelle application bancaire 100 % numérique Banx, les utilisateurs peuvent effectuer des opérations bancaires de façon numérique, durable et locale. Vous pouvez consulter l’empreinte carbone de votre achat dans un tableau de bord CO2 très pratique. Tout simplement, à portée de main dans votre poche. Il s’agit incontestablement de l’expérience bancaire de demain. Pour que vous puissiez faire le bon choix chaque jour.

Banx, c’est une expérience bancaire minimale avec un impact maximal. Préinscrivez-vous dès maintenant sur banx.be et faites la différence, aujourd’hui et demain.

La Une Le fil info Partager
Aussi par Proximus