Accueil Société

Inondations: incertitude pour la rentrée dans une dizaine d’implantations scolaires

Sur la base des informations remontées à ce stade par les différentes fédérations de pouvoirs organisateurs, on estime à 130 le nombre d’implantations scolaires touchées dont une dizaine demeure dans l’incertitude quant à leur réouverture au 1er septembre.

Temps de lecture: 2 min

Une dizaine d’implantations scolaires touchées par les inondations meurtrières de la mi-juillet restaient vendredi dans l’incertitude quant à leur réouverture lors de la rentrée, ont indiqué les ministres francophones des Bâtiments scolaires et de l’Education, Frédéric Daerden et Caroline Désir, tout en soulignant que « des pistes de solutions sont à l’étude ».

À lire aussi Inondations: à Angleur, Benoît Bruneau se bat contre la montre pour rouvrir son école

Sur la base des informations remontées à ce stade par les différentes fédérations de pouvoirs organisateurs, on estime à 130 le nombre d’implantations scolaires touchées dont une dizaine demeure dans l’incertitude quant à leur réouverture au 1er septembre, ont indiqué M. Daerden et Mme Désir (tous deux PS) dans un communiqué commun.

Cependant, soulignent les ministres, « des pistes de solutions sont à l’étude pour cette dizaine d’implantations et nous pouvons donc être optimistes quant à la réouverture de l’ensemble des établissements, moyennant pour certains d’entre eux, plusieurs aménagements comme l’installation de modules ou une délocalisation partielle ».

À lire aussi Inondations: la construction face au défi de la… reconstruction

Après plusieurs visites de terrain et des réunions de concertation avec les différents pouvoirs organisateurs, dont la dernière s’est déroulée ce vendredi, plusieurs pistes complémentaires ont été échangées avec les acteurs de l’enseignement afin de soutenir les écoles et leurs équipes touchées par les inondations.

S’agissant des bâtiments scolaires, M. Daerden a affirmé sa volonté de proposer au prochain gouvernement, une intervention complémentaire pour les écoles sinistrées de la Fédération Wallonie-Bruxelles selon un mécanisme simple et rapide, tout en rappelant la nécessité « que les assurances assument rapidement leurs responsabilités.

Au niveau de l’organisation scolaire, Mme Désir a annoncé qu’elle soumettrait à la concertation avec les acteurs institutionnels de l’enseignement et à la décision du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans les jours qui viennent, « un ensemble de mesures visant à tenir compte des réalités auxquelles les écoles sont confrontées dans les zones concernées et à éviter qu’elles soient pénalisées par les circonstances ».

À lire aussi Un mois après les inondations, les dégâts sont toujours bien visibles

Il s’agira, dans un premier temps, de leur offrir la souplesse nécessaire par rapport à diverses normes réglementaires pour leur permettre de faire face aux situations rencontrées, a expliqué la ministre.

Selon elle, les mesures proposées concerneront notamment le recours à l’apprentissage partiellement à distance pour une durée déterminée, l’aménagement des modalités de comptage des élèves et de contrôle de l’obligation scolaire, la modification des grilles horaires, etc.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko