Accueil Société

Comité de concertation: les mesures qui changent à Bruxelles

A Bruxelles, rien ne bouge ou presque. Le faible taux de vaccination et la circulation rapide du virus dans la capitale engendrent une nouvelle charge pour les hôpitaux.

Temps de lecture: 2 min

De nombreux assouplissements ont été annoncés après le Comité de concertation de ce vendredi après-midi. Presque rien ne bouge à Bruxelles, mais en Wallonie et en Flandre, de nombreuses libertés vont être retrouvées dès le 1er septembre.

Les autorités ont donc annoncé de nouveaux assouplissements. Le Comité de concertation a cependant maintenu un certain nombre de mesures, comme le maintien du port du masque à l’intérieur et à certains endroits où il n’est pas possible de garder une distanciation sociale raisonnable.

A Bruxelles, rien ne bouge ou presque. Le faible taux de vaccination et la circulation rapide du virus dans la capitale engendrent une nouvelle charge pour les hôpitaux. Pour cette raison, le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS), en accord avec le Comité de concertation et avec les bourgmestres des 19 communes, a pris plusieurs décisions.

Renforcement de la couverture vaccinale

Le communiqué de presse du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale annonce la décentralisation de l’approche vaccinale. « Nous allons décentraliser davantage notre approche en nous rendant, par exemple, directement auprès des écoles, des entreprises et des lieux de culte ».

Par ailleurs, les contrôles seront renforcés en ce qui concerne le port du masque et les retours de voyages (formulaire PLF, testing et quarantaine).

Les assouplissements en « pause »

Le gouvernement bruxellois a décidé de ne pas appliquer les assouplissements évoqués lors du Comité de concertation et qui doivent débuter dès le 1er septembre sur le reste du territoire. Les assouplissements « dans le secteur de l’horeca, du secteur événementiel, des cultes et des horaires des magasins de nuit », ne seront donc pas appliqués à Bruxelles.

« Le gouvernement bruxellois encourage le secteur événementiel d’utiliser au maximum les possibilités en matière d’utilisation du covid safe ticket (CST) pour les événements à l’intérieur réunissant 200 spectateurs ou plus et les événements en plein air réunissant 400 spectateurs, et ce à partir du 1er septembre. Le gouvernement bruxellois est favorable à une extension des possibilités d’utilisation du CST au-delà de ces évènements ».

Le télétravail

Il est également recommandé de poursuivre le télétravail dans les secteurs public et privé à Bruxelles. Les instructions appliquées depuis le mois de juin devront donc rester jusqu’à nouvel ordre pour toute personne travaillant à Bruxelles.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, mercredi 25 août 2021, 16:13

    A la place de Vervoort et de ses acolytes qui n'ont jamais fait leurs preuves, ne pourrait-on pas, enfin!, avoir des gens compétents? La communication concernant le covid ne s'est faite qu'en français, en flamand et un peu en anglais. Alors que le roumain, l'arabe et l'anglais se disputent la place de la 2ème langue à Bruxelles et que le turc, polonais, bulgare et beaucoup d'autres langues sont beaucoup plus parlée que le flamouche. Et que beaucoup de décideurs de ces communautés ne parlent /lisent pas le français, flamand, que personne chez eux ne regarde la TV belge / luxembourgeoise / française. Il faut aussi adapter la communication aux communautés concernées: pour certains, si le vaccin est gratuit, il est forcément mauvais. Puisque dans leur pays d'origine il faut le payer. Jusqu'à présent, on n'a rien fait en terme d'information, à moins peut-être d'un folder... pratique quand on ne sait pas lire!

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 21 août 2021, 17:17

    "Par ailleurs, les contrôles seront renforcés en ce qui concerne le port du masque et les retours de voyages (formulaire PLF, testing et quarantaine)." Renforcés ou ENFIN appliqués?

  • Posté par Joute Dodo, mercredi 25 août 2021, 16:17

    Très honnêtement, j'espère que non. Les rares policiers que nous avons doivent être utilisés pour traquer tous les criminels, trafiquants de drogue ou de femmes, les ordures qui battent leur femme ou leurs enfants, les jihadistes, bref, pour traquer la lie de la société. A quand la suppression du PLF, suprème idiotie entre toutes.

  • Posté par Baeyens Remi, samedi 21 août 2021, 10:02

    Curieux ! Ceux qui dans cette législature veulent défendre et protéger la catégorie des 'défavorisés' n'arrivent pas à faire respecter un minimum de sens civique et de santé publique. Un énorme échec.

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 20 août 2021, 20:20

    Question : combien de temps les Bruxellois cérébrés vont-ils devoir supporter les frasques ineptes des sous corticalisés ? Ça commence à bien faire.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko