Accueil

Mélancolie Motte, l’ensorceleuse

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Mélancolie Motte n’est pas une conteuse, c’est une charmeuse de serpents. Dans le rôle du cobra hypnotisé ? Nous, spectateurs. L’artiste n’a même pas besoin de nous caler dans une corbeille ou de sortir son pungi, sa voix et sa présence sur scène suffisent à nous envoûter sur place. Il convient de saluer la constance avec laquelle la comédienne défend l’art du conte. Peu importent les modes qui secouent le paysage de la scène jeune public – fureur du théâtre d’objet ici, nouveau chic des décors ultra-technologiques par là – Mélancolie Motte ne déroge pas d’un iota à son crédo : une scène nue et une sacrée bonne fable dans sa besace. Chaque année, fidèle au poste, elle traverse les Rencontres de Huy avec une nouvelle histoire cousue main. Après Nanukuluk ou encore La Femme Moustique

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs