Accueil Société

Bruxelles risque un nouveau pic de contaminations en septembre-octobre, selon le biostatisticien Molenberghs

Si les Bruxellois ne limitent pas leurs contacts et ne font pas davantage vacciner, la Région se dirige vers un nouveau pic, comme en septembre et octobre de l’année dernière, estime-t-il.

Temps de lecture: 3 min

Vendredi, le gouvernement a annoncé toute une série d’assouplissements pour la Wallonie et la Flandre, mais pas pour Bruxelles. Dans la capitale, des règles plus strictes continuent de s’appliquer – celles qui prévalaient par le passé. « Nous ne resserrons pas, mais nous ne relâchons pas non plus », a déclaré le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS). « C’est une bonne chose », estime le biostatisticien Geert Molenberghs au média bruxellois Bruzz. « Rudi Vervoort a bien fait de souligner la gravité de la situation. J’ai l’impression que les autorités de Bruxelles sont actuellement conscientes des risques. J’y entends la volonté de prendre des mesures proportionnées. »

L’inquiétude de Molenberghs concernant la situation à Bruxelles est alimentée par de nouvelles simulations et de nouveaux modèles élaborés par l’université de Hasselt, sous la direction du biostatisticien Niels Hens. Ils affirment que si les Bruxellois ne limitent pas leurs contacts et si davantage de personnes ne se font pas vacciner, on pourrait se diriger vers un nouveau pic dans la capitale, comme l’année dernière en septembre-octobre.

Inquiétudes vis-à-vis de la Wallonie

« Un nouveau pic avec plus d’infections mais surtout plus d’hospitalisations à partir de septembre est certainement possible, déclare-t-il encore à Bruzz. Non seulement à Bruxelles (où 60 % des plus de 18 ans sont désormais totalement vaccinés, ndlr), mais dans tout le pays et notamment en Wallonie (77 % des adultes sont totalement vaccinés). En fait, je suis plus préoccupé par la situation en Wallonie qu’à Bruxelles. Car à Bruxelles, les gens semblent être conscients de la gravité de la situation. Mais en Wallonie, on applique les mêmes assouplissements qu’en Flandre, alors que la couverture vaccinale n’est pas du tout comparable. C’est très dangereux. »

Le biostatisticien fait un parallèle avec la situation en Israël. « Regardez, à l’heure actuelle, la Wallonie a le même taux de vaccination qu’Israël, par exemple. Là-bas, des mesures très sérieuses sont sur la table, car la variante delta n’y est plus contrôlable. On parle d’un nouveau lockdown et la rentrée des classes pourrait bien être repoussée d’un mois. Soyons clairs : le taux de vaccination à Bruxelles est toujours beaucoup plus bas qu’en Wallonie et en Israël. Mais de tous les gouvernements, celui de Bruxelles semblait hier (lors du Comité de consultation, ndlr) avoir l’évaluation la plus réaliste du problème. »

Selon Geert Molenberghs, les mesures annoncées vendredi par les autorités bruxelloises peuvent donc également garantir que, malgré le faible taux de vaccination, la situation ne s’aggrave pas et qu’un éventuel lockdown soit évité.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Thiolon Alain, samedi 21 août 2021, 16:21

    Pppppffffftttt

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, samedi 21 août 2021, 15:46

    Ni lockdown, ni vaccination, la seule fac,on de sortir de ce cauchemar c'est traiter les malades, malgré Big Pharma. Point barre. Mais faire c,a, c'est égal à reconnaître qu'on a foiré avec la stratégie depuis 18 mois... ils ne vont jamais le faire. Donc, corona ad æternam.

  • Posté par massacry olivier, dimanche 22 août 2021, 1:31

    ah mais le petit adolphe souhaite donc la saturation des hôpitaux, et oui non seulement son nom lui colle à la peau, mais son prenons aussi tant il adepte de la solution finale!

  • Posté par Raspe Eric, samedi 21 août 2021, 18:54

    s'il était persuadé. Désolé

  • Posté par Raspe Eric, samedi 21 août 2021, 18:53

    Dit adolf mon petit, qui produira et distribuera et fera des bénéfices sur les traitements s'ils existent? Big Pharma! Ah ben ça alors, j'y avais pas pensé. D'autre part as-tu déjà calculé le chiffre d'affaire d'un tel traitement ou mieux d'un médicament utile en prévention (donc à administrer aux 7 milliard d'êtres humains pendant 365 jours par an)? A un euro le cachet, on atteint 2555 milliards! Quel directeur sensé de laboratoire pharma négligerait un tel pactole si était persuadé de l'efficacité de sa molécule? Aucun. Si rien n'existe, c'est que les évidences en faveur de tel médicament ne sont pas assez solides. Enfin, arrêtes de dire que des molécules classiques peu chères ne sont pas utilisées parce qu'elles ne rapportent pas assez à Big Pharma. La dexaméthasone l'est. Je crois que N. Bedos et N. Maleux ont qualifié OSS117 d'abruti et de crétin. Finalement, le choix du pseudo par le petit adolf est tout à fait pertinent. C'est peut être la seule plume à mettre à son chapeau.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko