Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: une partie de l’avenue Louise transformée en rue cyclable (photos)

La rue reste accessible aux véhicules, mais les cyclistes y sont désormais prioritaires.

Temps de lecture: 1 min

La portion de route située entre la place Stéphanie et la rue Bailli devient désormais une rue cyclable, rapporte La Capitale ce week-end. Ce dimanche, la voie a été recouverte d’un revêtement différent pour signifier ce changement.

La rue reste accessible aux véhicules, mais les cyclistes y sont désormais prioritaires et peuvent y circuler sur toute la largeur.

La ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen) semble satisfaite de ce changement.

Trois autres phases de travaux sont encore attendues, précise le directeur entretien de Bruxelles Mobilité.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

35 Commentaires

  • Posté par Wafellman Fabienne, lundi 23 août 2021, 9:59

    Elke Van den Brandt (née à Borgerhout) comme son copain Pascal Smet (né à Haasdonk/Beveren) n'ont qu'une ambition : rendre Bruxelles de plus en plus inaccessible et donc paupériser encore plus la ville (au profit de la région flamande/Antwerpen ?). Il n'y a pas d'argent pour les travaux de réfection des voieries nécessaires à Bruxelles, mais bien pour créer des pistes cyclables et des voies à mobilité dite douce). Cela et les 30 km heure finiront bien par dégoûter totalement les entreprises et les habitants qui fuiront vers les Brabant ou ailleurs ; en espérant que les institutions européennes apprécient ces modifications. Mais, ils s'en foutent, ils ne seront plus là) et pourront jouir d'une belle retraite bien méritée dans leur province natale. Bruxellois depuis toujours, nous envisageons de plus en plus d'aller vers d'autres lieux plus hospitaliers.

  • Posté par Allan Thies, lundi 23 août 2021, 20:40

    Tout ce que j'arrive à lire dans votre commentaire, c'est OUIN OUIN MOI VOITURE PLUS POUVOIR VOUS VILAIN. Vous n'êtes pas seul sur Terre. Les cyclistes ont aussi le droit de se déplacer, et tout autant le droit d'avoir une voirie sécurisée. Boomeuse attardée.

  • Posté par Petre Hubert, lundi 23 août 2021, 9:08

    "Belle dimanche"; voilà qui révèle à quel point ces bobos-vélos de la rue Dansaert sont étrangers aux préoccupations réelles des Bruxellois dont ils ne parlent même pas la langue.

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 23 août 2021, 8:07

    Curieusement (ou non), ce sont les mêmes qui flattent les politiques responsables de l'eugénisme autocidaire qui, pour le moment, fait leur affaire et qui râlent quand on leur impose des décisions qui les contraignent à participer à un effort collectif (aujourd'hui, la limitation de la circulation du coronavirus ). Voilà la "ville de demain" qu'ils nous préparent. On verra quand "demain" sera "aujourd'hui" ce qui restera de leur prétention visionnaire qui, évidemment, n'aura pas permis d'économiser le moindre gramme de CO2 au-delà de leurs propres narines.

  • Posté par Goetghebuer David, lundi 23 août 2021, 0:05

    Les villes au 20ème siècle ont été conçues sur base d'un principe: la voiture personelle doit pouvoir aller partout, on fait ensuite ce qu'on peut pour les piétons, les vélos et les transports publics. Lentement, sur les 60 dernières années, tout qui s'intéresse à la gestion de l'espace urbain a pris conscience de l'absurdité de cette approche et de la nécessité d'une autre vision pour la ville; laisser la voiture et bouger autrement. Les changements se font petit à petit, dans le monde entier, Paris a tout compris, Bruxelles commence à comprendre. Et certains grincheux regardent derrière eux au lieu de penser à la ville de demain.

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs