Accueil Société Régions Bruxelles

Coronavirus: face à «l’évolution défavorable» à Bruxelles, un hôpital renforce ses mesures

L’hôpital Saint-Luc a décidé de durcir les mesures.

Temps de lecture: 2 min

Alors que le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué vendredi que plusieurs assouplissements allaient être appliqués à l’échelle nationale dès le 1er septembre, il a ajouté dans la foulée que des mesures plus strictes seraient maintenues à Bruxelles où le taux de vaccination contre le coronavirus est encore assez faible. La Région bruxelloise « met les assouplissements sur pause », a enchaîné le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort au cours de la conférence de presse qui suivait le Comité de concertation vendredi.

Concrètement, cela signifie que « dans l’horeca, les lieux de culte… là où le virus risque de circuler, nous maintenons l’arrêté ministériel en vigueur », a ajouté M. Vervoort.

Les établissements horeca devront ainsi maintenir un nombre limité de personnes par tablée, (8, enfants jusqu’à 12 ans accomplis non compris). L’heure de fermeture obligatoire est bloquée à 1 heure du matin et une distance de 1,5 mètre doit être conservée entre les tables.

« Je reconnais que cela peut paraître frustrant pour ceux et celles qui sont vaccinés et qui ont rempli leur part de contrat social », admet M. Vervoort. Ce dernier a cependant rappelé que le taux de vaccination était encore faible dans la capitale, particulièrement pour la tranche 12-17 ans. Soixante pour cent de la population adulte bruxelloise est vaccinée contre plus de 82 % à l’échelle nationale. La différence est en effet encore plus flagrante chez les adolescents (12-17 ans) avec 10 % de complètement vaccinés à Bruxelles contre 29 et 36 % en Flandre et en Wallonie, respectivement.

Des mesures dans les hôpitaux

L’hôpital Saint-Luc de Bruxelles a, quant à lui, renforcé ses mesures. Alors que les accompagnants étaient acceptés, ils ne le seront plus à partir de mardi 24 août.

« Les patients venant en ambulatoire (consultation ou hôpital de jour) doivent se présenter seuls. Les accompagnants doivent rester en dehors des Cliniques.

Les seules exceptions sont les suivantes :

Un accompagnant adulte si la mobilité du patient venant en consultation l’exige ou pour une personne ne pouvant rester sans accompagnement pour des raisons neuro-psychiatriques, un parent en pédiatrie. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs