Accueil Opinions Éditos

L’urgence, à Bruxelles, est sanitaire mais aussi sociale

Un constat se dessine dans les statistiques que « Le Soir » a compilées : la corrélation entre le niveau socio-économique et le désir de vaccination. Dans le Sud-Est tendance aisée, une majorité d’habitants ont reçu leurs Pfizer ou Moderna, alors que dans le Nord-Ouest précarisé, on peine à dépasser les 40 %.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Personne n’a interrogé les 335.500 Bruxellois(es) de plus de 18 ans qui ignorent, depuis plusieurs mois, les invitations à se faire vacciner. Pas plus que n’a été écoutée l’immense majorité des ados de la capitale qui boudent leurs doses. La prudence s’impose donc, avant de conclure aux causes de cette frilosité vaccinale.

Mais un constat se dessine, nettement, dans les statistiques que Le Soir a compilées : la corrélation entre le niveau socio-économique et le désir de vaccination. Dans le Sud-Est tendance aisée, une majorité d’habitants ont reçu leurs Pfizer ou Moderna, alors que dans le Nord-Ouest précarisé, on peine à dépasser les 40 %. La ligne de partage vaccinal coupe Bruxelles en deux, selon un tracé qui épouse celui de la fracture sociale. Celle-là même qui balafre la Région depuis sa création, sans signe de réduction.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par B Thomas, lundi 23 août 2021, 23:07

    Causalité ou concomitance ? Le Soir fait encore de la sociologie de supermarché en voyant des corrélations partout. A ce niveau, on peut déduire en comparant les données des communes de l'Ouest ou du Nord par rapport à celles du Sud-Est de Bruxelles que plus les transports en commun sont denses dans une commune, moins la vaccination est forte. Donc, que pour augmenter le taux de vaccination à Bruxelles, il faudrait moins de métro ou de bus à Molenbeek et Saint-Josse comme c'est le cas à Uccle. Pour remettre en cause cette corrélation aussi "factuellement incontestable", il faudrait une analyse sociologique approfondie que Le Soir n'est de toute façon pas prêt à faire. Les poncifs ont la vie dure.

  • Posté par Zwéber France, lundi 23 août 2021, 14:27

    Immigration , rassemblement familial et politiques natalistes dont ces populations bénéficient largement : le résultat, c'est ce dont se plaignent les mêmes qui en ont favorisé l'émergence.

  • Posté par Bastin Eric, lundi 23 août 2021, 12:12

    "Dans le Sud-Est tendance aisée, une majorité d’habitants ont reçu leurs Pfizer ou Moderna, alors que dans le Nord-Ouest précarisé, on peine à dépasser les 40 %." Salauds de riches, en quelque sorte. "Reçu" ? Non, sont allés chercher. On rappelle que le vaccin est gratuit, que les TECS étaient gratuits pour se faire vacciner, et que certains ont moins de difficulté à aller jusqu'au Heysel pour y faire des rodéos automobiles qui pourrissent la vie des riverains depuis plusieurs années que pour aller se faire vacciner. Il y a évidemment des personnes précaires, en rupture numérique, linguistique, etc. Mais cela ne représente pas les 65 % de non-vaccinés de certaines communes. Si le diagnostic veut ignorer la complexité des causes, il n'y aura pas de remède.

  • Posté par Lespagnard Frans, samedi 28 août 2021, 13:51

    Votre constat est exact.

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, lundi 23 août 2021, 8:39

    Pour les journalistes de gauche (bref, presque tous), tout probleme à une explication socio-economique. C'est l'analyse materialiste du marxisme, mais en baratin. Par contre, ils ont mal à comprendre que ces gens sont venus profiter du systeme sociale belge, organiser leur societe paralelle, et s'en foutent du reste. Il y a des tres bonnes raisons pour ne se faire vacciner, mais il faut suivre les debats scientifiques, presque au qotidien. Comme j'avais dit, ils boudent le vaccin parceque 'pas halal', ou 'truc de babtou'. En tout cas, je me felicite que les boomers soient ratrappes par le Grand Remplacement. Wesh, les freres, yallah, tenez bon!

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs