Accueil Monde Amériques

Des incendies criminels dévastent des réserves écologiques en Bolivie

Les autorités s’accordent pour dire que la plupart des incendies ont été délibérément provoqués.

Temps de lecture: 2 min

Près de 600.000 hectares de terres ont brûlé dans le département bolivien de Santa Cruz (est) et 64 % de ses aires protégées ont été rasées par des incendies, pour la plupart d’origine criminelle, ont indiqué les autorités.

À lire aussi Pourquoi la répétition des incendies de forêt menace la biodiversité

Lundi soir, il y avait 20 incendies actifs et sept zones protégées touchées. En seulement deux jours 200.000 hectares ont brûlé, a rapporté le gouvernement.

La plupart des incendies sont concentrés dans les forêts de la Chiquitanía, une région entre l’Amazonie au nord, les plaines du Chaco au sud et le Pantanal, la plus grande zone humide du monde, au sud-est. D’une superficie similaire à celle de la Belgique, la région du parc national est l’une des plus endommagées.

Des pompiers volontaires et les gardes forestiers disposant de peu de moyens tentent désespérément de contenir l’avancée des flammes en creusant des tranchées. Le gouvernement a déployé environ 1.800 militaires et dépêché deux hélicoptères.

Les autorités s’accordent pour dire que la plupart des incendies ont été délibérément provoqués. En Bolivie et dans d’autres pays d’Amérique du Sud, il est de tradition de brûler les terres pour transformer les forêts en zones agricoles.

À lire aussi Hausse des températures, multiplication des événements extrêmes…: voici le diagnostic accablant posé par le rapport du Giec

La pratique est légale en Bolivie pour une superficie limitée à 20 hectares, grâce à une autorisation entre mai et juillet, une fois la saison des pluies terminée. En cas d’incendie criminel, une amende de 1 dollar par hectare brûlé est infligée. En cas d’incendie de grande ampleur, la peine peut aller jusqu’à trois ans de prison.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 24 août 2021, 10:25

    La technique qui consiste à brûler des terres pour préparer les récoltes suivantes s'appelle de l'écobuage. Avec le changement climatique, la disparition des espèces et l'incapacité à maîtriser les incendies, cette pratique de plus en plus risquée est souvent devenue illégale.

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une