Accueil Belgique Politique

Afghanistan: De Croo voudrait une «discussion franche» sur la décision des Etats-Unis

Le Premier ministre n’a pas caché ses regrets sur la façon dont les Etats-Unis ont décidé de se retirer d’Afghanistan sans concertation avec les pays alliés.

Temps de lecture: 3 min

L’opération en Afghanistan et le soutien qu’y ont apporté les pays de l’Otan ont été décidés à la suite des attentats du 11 septembre 2001 en application de l’article 5 du traité de l’organisation qui consacre la défense collective, c’est-à-dire le principe selon lequel si un des pays de l’Otan est attaqué, les autres lui viennent en aide.

«De notre point de vue, c’est “in together but also out together” (ensemble dedans mais aussi ensemble dehors). Et là, clairement, la décision de quitter l’Afghanistan de la part des Etats-Unis a surpris beaucoup de partenaires. Il y a une discussion franche à avoir», a expliqué M. De Croo en faisant référence aux décision du président américain, le Démocrate Joe Biden.

À lire aussi Afghanistan: les Américains quitteront Kaboul le 31 août

Leçons européennes

A l’échelon de l’Union européenne, des leçons doivent aussi être tirées, estime le chef du gouvernement. La coopération entre Etats européens a bien fonctionné mais elle aurait pu être plus approfondie et elle semble surtout s’être déroulée entre pays qui ont déjà l’habitude de travailler ensemble, comme le Benelux. «On doit examiner des méthodes plus structurelles. Aujourd’hui, on travaille avec des pays proches, des pays qu’on connaît bien. Il y a d’autres choses que l’on pourrait faire», a-t-il ajouté.

La diplomatie de l’UE pourrait également être étendue à des compétences consulaires, comme les passeports. «Quand la diplomatie européenne a été créée, il a été clairement stipulé que cette diplomatie n’offrait pas de support consulaire. Il faut évaluer cela. C’est un domaine où la valeur ajoutée peut être importante», a encore dit M. De Croo.

À lire aussi Afghanistan: les talibans ont assez d’argent pour financer la guerre, pas pour gouverner

Contacts avec les talibans

La Belgique n’a pas eu de contacts avec les talibans qui ont pris le pouvoir en Afghanistan. «Au niveau diplomatique et militaire, tous les contacts ont été pris pour sécuriser au maximum les opérations et pouvoir aider les gens là-bas. Cela a été clairement fait avec nos pays partenaires à qui nous avons pu donner beaucoup d’informations et qui nous ont donné beaucoup d’informations aussi», a souligné le Premier ministre.

Pour ce qui est de l’avenir des relations avec le nouveau régime, celles-ci dépendront des actes posés par les talibans et de la concertation internationale, a rappelé la ministre des Affaires étrangères, Sophie Wilmès.

«La Belgique n’a pas de relation institutionnalisée avec les talibans. Le type de relations avec le gouvernement à mettre en place est discuté dans les forums internationaux – Conseil européen, Otan, Nations unies. Les négociations sont toujours en cours. En fonction du type de gouvernement qui sera mis en place, de ses actions et non de ses paroles, et ce sur la durée, nous envisagerons de commun accord un maximum de partenariats, et je l’espère avec les partenaires européens, le type de relation et le statut que nous aurons avec le gouvernement à mettre en place», a-t-elle déclaré.

À lire aussi Afghanistan: la controverse monte en Belgique

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, jeudi 26 août 2021, 23:48

    De Croo, reviens sur terre: pour les USA, tu ne représentes qu'une mouche qui pète plus haut que son cul.

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 26 août 2021, 21:27

    Ça changera quoi?

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 26 août 2021, 19:20

    Avant 1917 la Russie était un pays allié. Elle a de fortes chances de le redevenir si Poutine se modère un peu, car ses intérêts sont de plus en lus convergents avec les nôtres. Nous devrons aussi un peu modérer notre volonté d'imposer partout nos valeurs et nos nouveaux dogmes, que nous prétendons universels, mais qui évoluent sans cesse en se radicalisant de plus en plus, ce qui réduit leur crédibilité.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 26 août 2021, 21:57

    Il faudrait surtout cesser de confondre la Russie avec l’URSS… une fois qu’on s’est extrait de cette sottise, on commence à avoir des chances de comprendre. Enfin… façon de parler. Je ne comprends toujours pas comment de pénibles crétins ont réussi à pousser la Russie dans les bras de la Chine, un adversaire commun, alors qu’à la fin des années 1990, la Russie était à deux doigts de solliciter une adhésion à l’OTAN.

  • Posté par Druide David, jeudi 26 août 2021, 18:43

    Les Etats Unis tremblent à l'idée d'avoir une discussion franche avec le rejeton De Croo

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une