Accueil

Analyse: Droits

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Dans le fracas de l’actualité, l’Afghanistan, le covid, les inondations, Paul Magnette appelle Alexander De Croo – il a un doute à propos du libéral flamand, ça se sent – à effectuer, quoi qu’il en soit, une rentrée politique fédérale à part entière et musclée : « Le gouvernement ne doit pas juste subir les événements ». Pour ce qui concerne le PS, assène-t-il, cette rentrée tient en trois « exigences », qui mobilisent autant de ministres socialistes, Karine Lalieux, Pierre-Yves Dermagne, Thomas Dermine : réussir la réforme des pensions, celle des fins de carrière et du marché du travail, mettre en œuvre une politique d’investissements publics additionnant relance européenne et relance belgo-belge, du genre à-la-guerre-comme-à-la-guerre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs