Apple sous pression dévoile des concessions majeures sur l'App Store

La société californienne a proposé dans un communiqué plusieurs modifications des règles de son incontournable magasin d'applis. Elles doivent être approuvées par un tribunal pour mettre fin à des poursuites de petites entreprises qui conçoivent des applications.

"Cet accord précise que les développeurs peuvent faire part d'offres aux utilisateurs en-dehors de leurs applis iOS (le système d'exploitation d'Apple, ndlr)", indique le groupe.

Concrètement, les applications pourront envoyer un email à leurs usagers pour les informer qu'ils peuvent acheter un abonnement, par exemple, via leur site web. Dans ce cas, l'éditeur ne paie pas de commission à Apple.

Des services de streaming connus comme Spotify ou Netflix contournaient déjà la commission en n'offrant pas la possibilité de souscrire via l'appli. Mais ils ne pouvaient pas les orienter vers leur site internet.

Sur l'appli Spotify, ce message s'affiche ainsi à côté des formules payantes : "Vous ne pouvez pas prendre d'abonnement Premium sur l'appli. On sait, ce n'est pas idéal". 

A l'utilisateur de comprendre, comme pour Netflix, qu'il doit souscrire sur la plateforme en ligne. Ce qu'il faisait volontiers pour des services aussi populaires, mais pas forcément pour les petites applications.

Le nouvel accord prévoit aussi de donner plus de marge aux développeurs pour fixer les prix de leurs applis, des abonnements ou des achats au sein des applications.

Apple entend enfin créer un fonds d'aide aux petits éditeurs américains, gagnant moins d'un million de dollars par an pour toutes leurs applis aux Etats-Unis.

Avec ces concessions, le fabricant de l'iPhone espère sans doute relâcher la pression sur différents fronts. 

Du côté des tribunaux, Apple attend prochainement le verdict dans le procès que lui a intenté Epic Games. 

L'éditeur du jeu Fortnite, comme de nombreux autres petits et grands développeurs, reproche à Apple d'abuser de sa position dominante en prélevant des commissions trop élevées sur les dépenses des consommateurs et en leur imposant l'App Store comme intermédiaire obligatoire entre eux et leurs utilisateurs.

Apple a toujours mis en avant l'impératif de sécurité et de confidentialité des données.

La boutique numérique App Store est le seul endroit où les utilisateurs d'iPhone ou d'iPad peuvent télécharger des applis tierces. 

Comme iOS est le deuxième système d'exploitaton mobile au monde, après Android (Google), ces consommateurs représentent un marché juteux. Ils ont dépensé 643 milliards de dollars sur des applications en 2020, d'après Apple.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous