Accueil Monde Asie-Pacifique

Double attentat à Kaboul: au moins 90 morts, les Etats-Unis «ne se laisseront pas intimider»

Le double attentat suicide revendiqué par l’Etat islamique (EI) a fait des dizaines de morts dont treize soldats américains à l’aéroport de Kaboul. Malgré l’attaque, l’armée américaine continue les évacuations.

Temps de lecture: 4 min

La « panique totale » a saisi jeudi les Afghans rassemblés près de l’aéroport de Kaboul, frappé par deux explosions meurtrières, ont raconté des témoins, quelques heures après que des pays occidentaux eurent mis en garde contre le fort risque d’attentat.

La double explosion à proximité de l’aéroport de Kaboul a provoqué la mort de 90 personnes et a fait plus de 150 blessées jeudi, selon un nouveau bilan fourni vendredi à l’AFP par deux responsables de l’ancien gouvernement renversé à la mi-août par les talibans. Quant au Pentagone, il a confirmé cette nuit le décès d’au moins 13 soldats américains et de 18 autres blessés.

Les explosions étaient deux attentats suicides du groupe Etat islamique suivis d’une fusillade a précisé le Pentagone.

Une troisième explosion a secoué la capitale afghane dans la soirée. Les causes restent encore inconnues, faute notamment de communication de l’administration afghane, à l’arrêt depuis le renversement du gouvernement pro-occidental par les talibans le 15 août.

« L’Amérique ne se laissera pas intimider »

« L’Amérique ne se laissera pas intimider », a déclaré le président des Etats-Unis lors d’un discours à la Maison-Blanche. « Nous ne nous laisserons pas décourager par des terroristes. Nous allons vous pourchasser et nous vous ferons payer. Nous avons de bonnes raisons de savoir où sont les dirigeants d’Isis et nous les retrouverons. Nous ne les laisserons pas arrêter notre mission. Nous poursuivrons l’évacuation. »

« A ceux qui ont mené cette attaque et à tous ceux qui veulent du mal à l’Amérique, nous ne pardonnerons pas. Nous n’oublierons pas. Nous vous traquerons et nous vous ferons payer. » Le président des Etats-Unis a affirmé que les évacuations d’Afghanistan continueront. « Nous devons finir notre mission », a-t-il affirmé.

À lire aussi Joe Biden après la double attaque à Kaboul: «Nous ne pardonnerons pas»

L’ex-président américain Donald Trump, très critique des décisions de son successeur Joe Biden en Afghanistan, a quant à lui dénoncé jeudi une tragédie qui « n’aurait jamais dû avoir lieu ».

Les évacuations continuent malgré tout

Plusieurs pays ont annoncé que les opérations d’évacuation allaient malgré tout continuer ce vendredi. C’est le cas notamment de la France et du Royaume-Uni. Le Premier ministre Boris Johnson l’a affirmé : « Clairement, ce que montre cette attaque, c’est l’importance de continuer ce travail de la manière la plus rapide et la plus efficace possible dans les heures qui nous restent, et c’est ce que nous allons faire. »

« Le Royaume-Uni et les Etats-Unis demeurent résolus dans leur mission pour sortir le plus grand nombre de personnes possible… Les actes des terroristes ne nous arrêteront pas », a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique Dominic Raab.

Le président Emmanuel Macron a condamné « avec la plus grande fermeté les attaques terroristes ». L’état-major des armées a annoncé que Paris poursuivait ses opérations d’évacuation d’Afghans craignant les représailles des talibans.

À lire aussi Afghanistan: la Belgique n’a pas réussi à évacuer tout le monde

Du côté de la Belgique, un huitième avion en provenance d’Islamabad, opéré par la compagnie Air Belgium, a atterri vendredi à 6 h 35 à l’aéroport militaire de Melsbroek. L’opération belge « Red Kite » a déjà permis d’évacuer au total 1.400 personnes, avait indiqué jeudi le Premier ministre Alexander De Croo. Le gouvernement avait décidé mercredi soir de mettre un terme à la première phase de l’opération en raison d’informations sur la situation sécuritaire à Kaboul.

La communauté internationale réagit

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a condamné « fermement cet attentat terroriste horrible », tout en soulignant que la priorité restait « d’évacuer autant de gens que possible vers un environnement sûr, le plus rapidement possible ».

Le président du Conseil européen Charles Michel a également appelé à continuer les évacuations depuis l’aéroport sécurisé par les Etats-Unis. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a condamné « les attaques lâches et inhumaines à l’aéroport de Kaboul ».

La chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé un attentat « absolument ignoble ». « Il s’agit d’une situation très, très tendue pour faire sortir les gens du pays », a-t-elle souligné.

La Turquie a condamné « une attaque haineuse ». Le Premier ministre Naftali Bennett, actuellement en visite aux Etats-Unis, a exprimé le « profond chagrin » de son pays « pour la mort d’Américains à Kaboul ». L’Arabie saoudite « condamne fermement l’attaque terroriste meurtrière. Cet acte haineux viole toutes les valeurs morales et humanitaires ».

À lire aussi Didier Leroy: «Ces attentats sont humiliants pour les talibans»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 août 2021, 11:13

    @ Naeije Robert "Trump a negocié le retrait de l'armée US, suivant en cela la volonté de la majorité des citoyens US". Négocié est un bien grand mot en cela qu'il n'a obtenu aucune garantie, mais soit. C'est un fait que la grande majorité des citoyens américains approuve la fin de la guerre en Afghanistan, mais on se souviendra que c'était déjà la volonté exprimée ouvertement par Joe Biden alors qu'il était encore Vice-Président de Barack Obama. Par ailleurs, il est clair que les Américains auraient dû garder Bagram comme base avancée et fortifiée dans le pays, quelle que soit la volonté des Talibans. Mais cela aussi Trump ne l'a ni négocié ni même suggéré. C'est une catastrophe nationale* pour les Etats-Unis et pointer du doigt l'un ou l'autre ne sert à rien qu'à diviser encore plus un pays qui ne l'est que trop. (*) C'est même une catastrophe internationale, puisque les partenaires de l'OTAN se sont trouvés emportés dans une opération à laquelle ils n'ont pas du tout été associés, à aucun moment. Au delà de l'OTAN, la Russie et la Chine bénéficieront sûrement de ce chaos.

  • Posté par Jean Luc, vendredi 27 août 2021, 10:54

    Biden «ne se laissera pas intimider». A sa place, je ne serais pas intimidé non plus, le cul dans mon fauteuil à Washington ; par contre, le petit gars à côté du mec qui vient d'exploser, il est un tout petit peu intimidé, lui, hein...

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 août 2021, 11:15

    ... correction : Les Etats-Unis ne se laisseront pas intimider, pas impressioner. Foutu forum...

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 août 2021, 11:14

    Biden a dit que les Etats-Unis ne se laisseraient pas impressioner. Il ne parlait pas de lui-même.

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 août 2021, 10:15

    Cela dit, l'erreur fondamentale de l'administration Biden, c'est de ne pas avoir anticipé la rapidité et la facilité avec laquelle les Talibans ont envahi Kaboul et l'absence complète de résistance de l'armée et de la police officielles afghanes, que les américains avaient entrainées et armées pendant 20 ans! C'était non seulement prévisible, mais annoncé par des spécialistes de la sécurité américains et étrangers.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une