Accueil Monde Asie-Pacifique

Afghanistan: les dernières évacuations reprennent à l’aéroport après l’attentat sanglant

Les opérations d’évacuation doivent se clôturer pour le 31 août, date-butoir fixée par les Etats-Unis.

Temps de lecture: 3 min

Les évacuations d’étrangers et d’Afghans fuyant le nouveau régime taliban ont repris vendredi à l’aéroport de Kaboul, au lendemain de l’attentat du groupe djihadiste Daesh qui a tué au moins 90 personnes, dont treize soldats américains, au milieu de la foule des candidats au départ.

Nombre de sources craignaient que le bilan ne s’alourdisse encore, alors que les hôpitaux locaux étaient assaillis vendredi de personnes cherchant leurs proches disparus depuis la veille à l’aéroport. La double explosion a également tué au moins treize soldats américains et en a blessé dix-huit autres, selon le Pentagone, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière contre l’armée américaine en Afghanistan depuis 2011.

Les opérations se terminent doucement

Vendredi, la situation semblait calme à Kaboul, notamment autour de l’aéroport où les vols affrétés par les Occidentaux ont repris sur le tarmac de l’aéroport, dernière enclave occupée par les forces occidentales en Afghanistan. L’Otan et l’Union européenne avaient appelé après l’attentat à poursuivre les évacuations malgré tout.

La France, via le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, a indiqué qu’elle pourrait les poursuivre « au-delà » de vendredi soir, tout en se voulant prudent au vu du contexte sécuritaire incertain.

L’Espagne et la Suède ont annoncé vendredi avoir terminé leurs vols d’évacuation, comme notamment l’Allemagne, les Pays-Bas, le Canada et l’Australie avant elles. Celles des Britanniques s’achèveront « dans quelques heures », a précisé Londres vendredi matin.

Le gigantesque pont aérien mis en place par les Occidentaux après la soudaine prise du pouvoir par les talibans à la mi-août a jusqu’ici permis l’évacuation de plus de 100.000 étrangers et Afghans.

Rencontres diplomatiques

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de son côté annoncé vendredi que son pays avait tenu de premières discussions avec les talibans à Kaboul, et qu’il étudiait une proposition des nouveaux maîtres de l’Afghanistan pour gérer l’aéroport de la capitale après le retrait américain.

Une délégation française a rencontré jeudi à Doha des représentants des talibans pour la première fois depuis qu’ils ont pris le pouvoir en Afghanistan il y a bientôt deux semaines, a annoncé leur porte-parole Suhail Shaheen sur Twitter.

L’envoyé français François Richier et sa délégation ont « discuté en détail » de la situation de l’aéroport de Kaboul avec une délégation menée par le directeur adjoint du bureau politique des talibans, Sher Abbas Stanikzai, a précisé le porte-parole. Contacté, le Quai d’Orsay n’a pas réagi dans l’immédiat.

Réunion de crise l’ONU

Après l’attentat, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a convoqué les membres permanents du Conseil de Sécurité pour une réunion lundi sur la situation en Afghanistan. Les Nations unies ont indiqué vendredi s’attendre à jusqu’à un demi-million de réfugiés afghans supplémentaires en 2021, même si pour l’instant aucun exode n’est constaté.

« En termes de chiffres, nous nous préparons à environ 500.000 nouveaux réfugiés dans la région. Il s’agit du scénario le plus pessimiste », a déclaré Kelly Clements, Haut-Commissaire adjointe de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), à l’occasion de la présentation du Plan régional de préparation et d’intervention pour les réfugiés afghans.

Les auteurs doivent être traduits en justice

Les auteurs de l’attentat meurtrier à l’aéroport de Kaboul doivent être «traduits en justice», a affirmé vendredi le Conseil de sécurité de l’ONU, condamnant un acte «odieux» contre des civils.

«Les membres du Conseil de sécurité ont souligné la nécessité que rendent des comptes les auteurs, organisateurs, financiers et parrains de ces actes terroristes criminels, et de les traduire en justice», a indiqué l’ONU dans un communiqué, demandant à «tous les Etats» de «coopérer en la matière».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une