Accueil Monde Asie-Pacifique

Afghanistan: des menaces «précises et crédibles» pèsent toujours sur l’aéroport de Kaboul

Nombre de sources craignaient que le bilan ne s’alourdisse encore, alors que les hôpitaux locaux étaient assaillis vendredi de personnes cherchant leurs proches disparus depuis la veille à l’aéroport.

Temps de lecture: 5 min

Les évacuations d’étrangers et d’Afghans fuyant le nouveau régime taliban ont repris vendredi à l’aéroport de Kaboul, au lendemain de l’attentat du groupe djihadiste Daesh qui a tué au moins 90 personnes, dont treize soldats américains, au milieu de la foule des candidats au départ.

Nombre de sources craignaient que le bilan ne s’alourdisse encore, alors que les hôpitaux locaux étaient assaillis vendredi de personnes cherchant leurs proches disparus depuis la veille à l’aéroport. La double explosion a également tué au moins treize soldats américains et en a blessé dix-huit autres, selon le Pentagone, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière contre l’armée américaine en Afghanistan depuis 2011.

Les opérations se terminent doucement

Vendredi, la situation semblait calme à Kaboul, notamment autour de l’aéroport où les vols affrétés par les Occidentaux ont repris sur le tarmac de l’aéroport, dernière enclave occupée par les forces occidentales en Afghanistan. L’Otan et l’Union européenne avaient appelé après l’attentat à poursuivre les évacuations malgré tout.

La France, via le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, a indiqué qu’elle pourrait les poursuivre « au-delà » de vendredi soir, tout en se voulant prudent au vu du contexte sécuritaire incertain.

La mission d’évacuation de milliers de personnes depuis l’aéroport de Kaboul fait toujours face à des « menaces précises et crédibles » a assuré vendredi le Pentagone, au lendemain d’un attentat-suicide particulièrement meurtrier.

« Nous estimons qu’il y a toujours des menaces crédibles… des menaces précises et crédibles », a affirmé le porte-parole de l’armée américaine, John Kirby.

L’Espagne et la Suède ont annoncé vendredi avoir terminé leurs vols d’évacuation, comme notamment l’Allemagne, les Pays-Bas, le Canada et l’Australie avant elles. Celles des Britanniques s’achèveront « dans quelques heures », a précisé Londres vendredi matin.

Le gigantesque pont aérien mis en place par les Occidentaux après la soudaine prise du pouvoir par les talibans à la mi-août a jusqu’ici permis l’évacuation de plus de 100.000 étrangers et Afghans.

9 vols vers la Belgique

Au total, neuf vols en provenance d’Islamabad transportant des personnes évacuées d’Afghanistan ont atterri à l’aéroport militaire de Melsbroek, ont fait savoir vendredi les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Sophie Wilmès et Ludivine Dedonder, et le secrétaire d’Etat à l’Asile, Sammy Mahdi.

Le dernier avion s’est posé vendredi. Ce sont ainsi 1.216 personnes évacuées d’Afghanistan qui sont arrivées en Belgique. Parmi elle, 187 personnes étaient destinées à d’autres pays de l’UE. Les personnes à destination de la Belgique ont été amenées à la caserne major Housiau de Peutie (vilvorde), où leur identité et leurs documents ont été contrôlés et où elles ont été soumises à un test COVID.

On recense également 106 personnes à destination de la Belgique qui sont passées par d’autres pays de l’UE. Au total, 1.135 personnes destinées à la Belgique y sont arrivées jusqu’à présent. Un nombre supplémentaire est attendu dans les prochains jours via d’autres pays de l’Union européenne, ont précisé les trois membres du gouvernement fédéral.

Parmi les passagers se trouvaient 503 Belges avec des membres de leur famille. Il y a eu 496 enfants évacués, soit 45% du total.

En plus des Belges et des membres de leurs familles, d’autres personnes ont également été évacuées parce qu’elles étaient en «danger aigu» face à la menace des talibans en raison de leurs activités passées ou de leur profil. Parmi celles-ci, 111 ont travaillé pour l’armée belge et les Affaires étrangères, et 185 au profit d’organisations de défense des droits des femmes et des droits de l’homme.

Par ailleurs, 297 personnes appartiennent à la catégorie des personnes ayant une carte de séjour belge et leur famille.

Le rapport hommes-femmes est de 51% contre 49%.

Après être arrivées et avoir été contrôlées à Peutie, la plupart des personnes sont retournées chez elles en Belgique. Les Afghans qui n’avaient pas encore de titre de séjour ont entamé une procédure en vue d’en obtenir un, soit par le regroupement familial, soit par une procédure d’asile.

Rencontres diplomatiques

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de son côté annoncé vendredi que son pays avait tenu de premières discussions avec les talibans à Kaboul, et qu’il étudiait une proposition des nouveaux maîtres de l’Afghanistan pour gérer l’aéroport de la capitale après le retrait américain.

Une délégation française a rencontré jeudi à Doha des représentants des talibans pour la première fois depuis qu’ils ont pris le pouvoir en Afghanistan il y a bientôt deux semaines, a annoncé leur porte-parole Suhail Shaheen sur Twitter.

L’envoyé français François Richier et sa délégation ont « discuté en détail » de la situation de l’aéroport de Kaboul avec une délégation menée par le directeur adjoint du bureau politique des talibans, Sher Abbas Stanikzai, a précisé le porte-parole. Contacté, le Quai d’Orsay n’a pas réagi dans l’immédiat.

Réunion de crise l’ONU

Après l’attentat, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a convoqué les membres permanents du Conseil de Sécurité pour une réunion lundi sur la situation en Afghanistan. Les Nations unies ont indiqué vendredi s’attendre à jusqu’à un demi-million de réfugiés afghans supplémentaires en 2021, même si pour l’instant aucun exode n’est constaté.

« En termes de chiffres, nous nous préparons à environ 500.000 nouveaux réfugiés dans la région. Il s’agit du scénario le plus pessimiste », a déclaré Kelly Clements, Haut-Commissaire adjointe de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), à l’occasion de la présentation du Plan régional de préparation et d’intervention pour les réfugiés afghans.

Les auteurs doivent être traduits en justice

Les auteurs de l’attentat meurtrier à l’aéroport de Kaboul doivent être « traduits en justice », a affirmé vendredi le Conseil de sécurité de l’ONU, condamnant un acte « odieux » contre des civils.

« Les membres du Conseil de sécurité ont souligné la nécessité que rendent des comptes les auteurs, organisateurs, financiers et parrains de ces actes terroristes criminels, et de les traduire en justice », a indiqué l’ONU dans un communiqué, demandant à « tous les Etats » de « coopérer en la matière ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par eric biltiau, samedi 28 août 2021, 18:34

    Des menaces «précises et crédibles» pèsent toujours sur l’aéroport de Kaboul, c'est évident. Mais quelles certitudes avons-nous sur le "comportement européen" que DOIVENT avoir toutes celles et et ceux qui ont pu être secouru et qui se trouvent donc en Belgique et non dans une république islamique (enfin pas encore...)? Va-t-il y avoir un programme éducatif pour expliquer que la laïcité est LE point capital pour le vivre ensemble chez nous? Après avoir été endoctriné par le pouvoir religieux, il est plus que nécessaire de faire comprendre à ces exilés qu'ils vivent dans un pays où la liberté des uns s'arrêtent là où commencent celle des autres. Chacun a le droit de croire ou pas dans sa sphère PRIVEE mais pas de POLUER l'espace publique avec des tenues ostentatoires islamistes qui ne respectent pas la neutralité de croyance dans la vie de tous les jours.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 27 août 2021, 17:42

    Comme dirait Raymond, il n’est pas bon de céder au chantage. D’ailleurs il est parti combattre hier avec son sac à dos et son pistolet à bouchon. On est tous avec lui, en pensées du moins. ;)

  • Posté par Martin Roland, vendredi 27 août 2021, 20:52

    C'qui faut pour gérer là-bas, c'est un comme le tsarévitch a mis en Tchétchénie ! Il ne s'est pas fait chier avec les Tchétchènes islamo-indépendantistes: il les a fait butter "jusque dans les chiottes" ! 300.000 victimes (dont 40.000 enfants...) et hop ! l'affaire est dans le sac ! on met un trouducul comme Kadyrov arrosé copieusement par Moscow et finis les problèmes ! C'est hyper tranquillos là-bas , surtout si vous fermez votre gueule ... hein oui show-Marie ?

  • Posté par KOWALSKI Jean-Claude, vendredi 27 août 2021, 17:39

    Tactiquement, je pense que les Américains ont tout intérêt à faire croire qu'ils vont évacuer des réfugiés jusqu'au 31/08/21. A leur place, je me taillerais avant, discrètement et durant la nuit car il n'y aura plus de soldats au sol pour assurer le décollage de ce dernier avion. En plus, je doute que le Président Biden veuille voir des images diffusées dans le monde entier, montrant des afghans accrochés aux roues et aux ailes de ce dernier avion. Biden a déjà perdu 13 soldats dans cette opération. En perdre plus, ne lui serait pas pardonné.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 27 août 2021, 17:48

    Ils ont déjà fait le coup en abandonnant la base de Bagram nuitamment sans même avertir les Afghans il y a quelques semaines (étonnant que les Afghans aient choisi de « s’effondrer » en voyant ça, lol) et ils avaient fait la même chose en Syrie en plantant leurs alliés locaux et les vassaux européens. Les Russes avaient même posté des vidéos de leurs troupes prenant possession de camps militaires américains abandonnés quelques heures avant et qui n’en revenaient pas elles-mêmes de voir ça.

Plus de commentaires
Sur le même sujet (2)

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une