Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche sur l’Afghanistan: unis dans la diversité… mais pas trop quand même

L’accueil de réfugiés afghans (notamment par la Belgique) devrait être une priorité. Mais les considérations humaines et humanitaires sont encore trop souvent reléguées au second plan.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Depuis la prise de Kaboul par les Talibans le 15 août, l’Afghanistan fait la Une des médias. Et quelle Une ! C’est d’abord une crainte pour nos propres intérêts, plutôt qu’une quelconque solidarité avec une population afghane en détresse, qui est souvent évoquée. On a tous vu cette image de l’aéroport de Kaboul pris d’assaut par des Afghans désespérés, tentant de prendre leur envol avec un avion de l’US Air force. Comment pouvons-nous y rester insensibles ? Il n’y aura donc toujours que dans le dictionnaire que nous retrouverons l’hospitalité avant l’hostilité ?

En effet, la plupart des mass médias relatent d’abord le coût de l’intervention des troupes étrangères que la guerre en Afghanistan a engendré (tout ça pour ça…), puis, s’inquiète de l’image que l’Occident renvoie. Ensuite, la « menace » d’une hypothétique vague migratoire en Europe est redoutée. D’où viennent ces leitmotivs ? Des discours de nos dirigeants, notamment.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Levaux Marie-Noelle, lundi 30 août 2021, 15:59

    Comment on fait pour exfiltrer et accueillir tous les afghans qui veulent quitter ? La seule possibilité me semble d’envoyer une dizaine de division parachutistes pour créer des couloirs à travers le pays, surveillés par une centaine d’escadrilles de chasseurs bombardiers prêts à larguer quelques bombes atomiques tactiques pour écraser toute tentative d’empêchement des talibans, recruter quelques milliers d’avions civils pour les évacuer de l’aéroport de Kabul, puis les répartir dans l’Union européenne en menaçant de bombarder ceux qui refusent, comme on l’a fait avec les Serbes il y a vingt ans, puis construire des centaines d’écoles, d’hôpitaux, réquisitionner des logements, voter des milliards € pour les allocations d’accueil, , etc Alors, nous pourrons nous dire que rien n’est au dessus des droits humains et que nous avons mérité le paradis de cette nouvelle religion. Alléluia et amen...

  • Posté par collin liliane, lundi 30 août 2021, 12:24

    "Mais pensez-vous que si la Belgique accueillait, par exemple, 25.978 Afghans supplémentaires, votre vie en serait davantage impactée ?" Et que fera-t-on quand ces 25.978 Afghans une fois acceptés, des milliers d'autres qui en seront informés voudront suivre le même chemin, qui pour les mêmes raisons devront également être reçu, ce qui entraînera de nouvelles demandes qui à leur tour... "Mieux de cette « misère du monde » que nous ne pouvons probablement pas accueillir dans sa totalité". A combien peut-on ou doit-on s'arrêter?

  • Posté par collin liliane, lundi 30 août 2021, 12:25

    ... reçus...

  • Posté par collin liliane, lundi 30 août 2021, 12:13

    "Pour étayer cet article, j’allais encore vous citer quelques chiffres et sources scientifiques. Ceux-ci pour vous prouver que, bien qu’ils soient souvent contestés, les apports de la migration sont bel et bien avérés. Je me suis ravisée ". Il était effectivement plus prudent de se raviser.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 30 août 2021, 11:01

    "Le discours français oublie l’Afghan lambda" >>> Mais que pense ce fameux Afghan lambda de la France et que compte-t-il faire pour elle?

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs