Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

Olympisme: Jacques Rogge, un grand président s’en va

L’ancien président du CIO est décédé ce dimanche à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie. Il avait succédé à Juan Antonio Samaranch à la tête du sport mondial et ramené la sérénité à Lausanne.

Journaliste au service Sports Temps de lecture: 3 min

C’est une bien triste nouvelle pour le monde sportif belge et international qui est tombée ce dimanche. Jacques Rogge, le huitième président du Comité international olympique (CIO), qu’il avait dirigé de 2001 à 2013, s’est éteint à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie.

Avec lui, c’est le plus grand dirigeant de l’histoire du sport belge qui disparaît. Chirurgien orthopédiste de profession, cet ancien skipper, qui avait participé aux Jeux de Mexico 1968, Munich 1972 et Montréal 1976, avait rejoint le conseil d’administration du Comité olympique et interfédéral belge (COIB) dans la foulée. Chef de mission de l’équipe belge aux JO de Moscou 1980, Los Angeles 1984 et Séoul 1988, il en était devenu le président en 1989, succédant à Raoul Mollet, son maître à penser.

Devenu membre du CIO en 1991, il allait gravir rapidement les échelons de l’institution lausannoise jusqu’à en devenir le président lors de la 112e session organisée à Moscou, succédant à l’Espagnol Juan Antonio Samaranch, dont la fin de mandat s’était achevé par le scandale de la corruption d’une dizaine de membres lors de l’attribution des JO d’hiver 2002 à Salt Lake City.

Lutte contre le dopage

Tout au long de ses 12 années de mandat, de 2001 à 2013, Jacques Rogge s’est efforcé de ramener la sérénité au sein du CIO et a toujours été l’un des plus grands pourfendeurs du dopage, contre lequel il a lutté sans compter. Il a également assuré la pérennité financière du CIO en le recentrant sur son « core business ». Parmi ses grandes réalisations, on compte aussi la mise sur pied des Jeux olympiques de la jeunesse à partir de 2010, une copie du modèle européen du Festival olympique de la jeunesse européenne qu’il avait également initié en 1990.

Sa présidence a aussi été marquée par les JO de Salt Lake City, organisés en février 2002, cinq mois seulement après les attentats du 11 septembre 2001 sur les tours du World Trade Center de New York et par les JO de Pékin, en 2008, précédés par de nombreuses manifestations dénonçant le non-respect des Droits de l’homme en Chine. Mais sous sa présidence, les Jeux olympiques ont sans doute connu leur plus grand succès, lors de l’édition 2012, à Londres.

Depuis 2013 et la session de Buenos Aires, où l’Allemand Thomas Bach lui avait succédé, Jacques Rogge, après avoir assuré plusieurs missions pour le compte des Nations-Unies, s’était retiré dans son fief de Deinze, marqué, ces dernières années, par la maladie qui a fini par l’emporter.

A son épouse, Anne, et à ses enfants Philippe et Caroline, « Le Soir » adresse ses plus sincères condoléances.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Istasse Bernard, dimanche 29 août 2021, 21:30

    Oui, un grand Monsieur. On le savait malade, d'une maladie qu'il a affrontée. Une tristesse pour sa famille et une perte pour beaucoup.

  • Posté par Ange - Teuwen Charlie , dimanche 29 août 2021, 20:42

    Un grand Monsieur. Bien supérieur à nos politiciens

Sur le même sujet

Aussi en Jeux olympiques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir