Accueil Monde Europe

Succession de Merkel: une campagne plus ouverte que jamais

A quatre semaines des élections, les trois principaux candidats à la chancellerie se sont affrontés dans un premier débat télévisé sans vainqueur. La succession de Merkel reste ouverte.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Plus l’échéance électorale approche, plus le jeu reste ouvert. Personne ne s’aventure actuellement à des pronostics sur le scrutin du 26 septembre. Qui remplacera Angela Merkel à la chancellerie après 16 ans de pouvoir ? Aucun des trois candidats qui se sont affrontés lors du premier grand débat télévisé, ce dimanche, n’a réussi à se démarquer.

Difficile, en effet, de les différencier. Ils sont d’accord sur presque tout. Oui à la transition énergétique, oui à l’Otan, oui à une politique sociale, oui à l’Europe. Ils sont contre la vaccination obligatoire, y compris pour certaines professions. Ils sont contre l’interdiction des vols aériens vers Majorque, la destination touristique préférée des Allemands : chacun doit rester libre de passer ses vacances où il veut !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, lundi 30 août 2021, 9:12

    "lls sont d’accord sur presque tout." Alos, elle etait ou, la candidate de l'AfD? C'est comme les debats truqués en France et Belgique.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 30 août 2021, 10:18

    On reconnaît les sympathies de M. Adolphe.

  • Posté par Naeije Robert, lundi 30 août 2021, 8:28

    L'article aurait pu mentionner parmi les "impairs" de Baerbock et de Laschet une série de plagiats commis dans les livres qu'ils ont chacun publiés l'année écoulée. La chasse au plagiat pratiquée depuis longtemps dans les articles scientifiques en utilisant pour ce faire des logiciels de plus en plus performants s'applique maintenant aux écrits et discours des politiciens. Barbock et Laschet ont été dénoncés dans la presse allemande et ont présenté des excuses tout en insinuant que c'était la faute leurs scribes (qu'on avait coutume d'appeler "nègres") ce qui est une pratique répandue mais à peine moins recommandable. Résultat: chutes importantes dans les sondages d'opinion.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs