Accueil Économie Consommation

La troublante renaissance de Pimkie en Belgique

Deux mois après sa faillite, l’enseigne revient avec un nouveau franchisé. La CNE et la CGSLB dénoncent une manœuvre inacceptable. Interpellé, le ministre de l’Economie envisage une adaptation législative.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

C’était le 30 mars dernier : les 24 magasins de mode Pimkie disparaissaient de notre paysage commercial. La société Belsay, basée à Tournai et qui exploitait en Belgique la franchise de la marque française détenue par Diramode, appartenant au groupe Mulliez (Auchan, Décathlon, Midas, etc.) était déclarée en faillite, privant sur-le-champ 135 salariés de travail et de salaire. Mais voilà que le 3 juin dernier, une nouvelle société a vu le jour, à Tournai également, dans le but d’exploiter la marque Pimkie avec une boutique à La Panne. Administrée par Frédéric Mulliez (portant donc le même nom que celui du groupe Mulliez), la SRL Pimk détient également un contrat de franchise avec Diramode. Il n’en fallait pas plus pour susciter l’ire de la CNE et de la CGSLB qui ont communiqué sur le sujet ce lundi, sur un ton enflammé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LEBOWSKI Jeffrey, mardi 31 août 2021, 9:52

    Dire qu'il suffirait qu'on en achète pas pour que ça ne se vende pas...

  • Posté par Haegelsteen Philippe, mardi 31 août 2021, 9:20

    Pratique courante chez les entrepreneurs du bâtiment qui dure depuis des dizaines d'années et le législateur n'intervient pas, laissant des familles dans la misère.

  • Posté par dercq jul, mardi 31 août 2021, 8:41

    c'est une honte .

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs