Accueil Société

Le C.1.2., le nouveau variant apparu en Afrique du Sud, est-il vraiment inquiétant?

Un variant apparu en Afrique du Sud pourrait être plus résistant aux anticorps. Des scientifiques tempèrent les inquiétudes : actuellement, c’est le variant delta qui est dominant et a donc l’avantage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Des scientifiques sud-africains ont identifié un nouveau variant du coronavirus présentant un nombre préoccupant de mutations. Détecté pour la première fois en mai, ce variant dénommé « C.1.2. » (en référence à la ligne C1 à laquelle il appartient) a atteint neuf provinces d’Afrique du Sud, en plus de la République démocratique du Congo, de l’île Maurice, du Portugal, de la Nouvelle-Zélande et de la Suisse. En mai, il représentait 0,2 % des génomes séquencés en Afrique du Sud, 1,6 % en juin et 2 % en juillet. Avec sa cinquantaine de mutations, le C.1.2. serait à ce jour le variant le plus éloigné de la souche originelle apparue dans la province de Wuhan, ce qui pourrait compromettre la capacité des anticorps à le neutraliser.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par LEBOWSKI Jeffrey, mardi 31 août 2021, 10:52

    La stratégie du choc. Ça va pas ? Coup de pied au cul. Ça va pas mieux ? Une baffe. Ça va toujours pas ? Coup de boule.... Et ainsi de suite. Bref ça n'ira jamais mieux, mais c'est le seul moyen d'occuper vos esprits pendant qu'ils font leurs petites affaires. Je ne dis pas que le Covid n'existe pas, je dis qu'ils l'utilisent pour vous contrôler. C'est le postulat Naomi Klein, l’existence d’opérations concertées dans le but d’assurer la prise de contrôle de la planète par les tenants d’un ultralibéralisme tout-puissant. Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour substituer aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation : l’avènement d’un “capitalisme du désastre”.

  • Posté par Rambeaux Paul, mercredi 1 septembre 2021, 23:11

    "Et donc mon cher nous nous résignons ?" Et vous, vous faites quoi ? Ah oui : bla bla bla... du vent, même pas du rêve. En fin de compte, votre discours écolo-réac est bien plus résigné que le mien : "l'effondrement est proche, nous pouvons sentir ses effluves de vases et de cendres chaudes", tant mieux pour le pangolin, bien fait pour l'homme. Les agriculteurs ont maltraité les chasseurs-cueilleurs. Oui, sans aucun doute. Mais votre vision de la vie des peuples primitifs est tellement... naïve. Vous fleurez la pire religion fondamentaliste, le taliban laïque. Vous avez remplacé Dieu par Mère-Nature, l'Apocalypse par le Grand Collapse et le Paradis terrestre par le Paléolithique. Ou préférez-vous remonter avant l'invention de l'outil ? Parce que, finalement, c'est quand même à partir de là que ça commence à se gâter. L'outil, le savoir, donc la communication, la spécialisation, la société, l'aliénation : bref la Pomme, quoi... Parce qui dit outil dit maîtrise de la nature et, tôt ou tard, passage à l'agriculture. Depuis Lahontan et Rousseau, on se coltine le mythe de "l'homme sauvage", pur produit de la nature, tellement heureux à chasser le mammouth ou le lapin main dans la main avec Néandertal, picorant quelques baies que la Généreuse Nature lui offre, gambadant dans les steppes où tout n'était qu'harmonie et bisounoursitude. Bullshit. C'était la merde à l'époque, ça l'est maintenant. La seule différence, c'est que désormais, l'ancien chasseur-cueilleur a le moyen de faire exploser la fosse sceptique. Mais pour ma part, ça ne me réjouit pas du tout.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 1 septembre 2021, 11:19

    L'ultra-libéralisme, la consommation effrénée, la bougeotte voyageuse ne sont pas trop ma tasse de thé, j'essaye de gérer honnêtement. La dictature quelle qu'elle soit, la haine de l'autre, la destruction de l'homme mais aussi de la faune et la flore me révoltent, autant que la malhonnêteté intellectuelle. L'absence de réflexion, et de remise en question, me sont suspectes. Mais là où nous semblons diverger, c'est dans ce qui semble être une forme d'égocentrisme, c'est à dire tout paramétrer en fonction de soi. J'aime la générosité. Nulle part dans votre propos, M. Lebowsi -restons en provisoirement là, moi c'est M. Smyers-, je ne crois avoir retrouvé des notions de solidarité avec les autres, de l'effacement de soi devant le bien commun. Liberté est couplé à égalité mais aussi à fraternité, la notion qui fait le plus souvent défaut dans les raisonnements. Voilà ce qu'éveillent en moi vos contributions actuelles.

  • Posté par LEBOWSKI Jeffrey, mardi 31 août 2021, 23:48

    @Rambeaux Paul, et donc mon cher nous nous résignons ? Nous acceptons cet infâme rôle d'occidental/consommateur et nous la fermons. Combien de temps cela va t'il durer encore ? Vous aussi vous me faites doucement rigoler avec vos certitudes . Je vous encourage a aller dire au chasseur Vedda que "Le Paradis n'existe pas, qu' il n'a jamais existé, et on ne lui a jamais volé, qu'il n'y a jamais habité". Que vous répondra t'il ? Aujourd'hui que toute sa tribu a été décimée, que ses territoires de chasses ancestraux ont été accaparées par les propriétaires terriens verreux . Assurément avec le peu d’énergie qui lui reste, il vous mettra une flèche dans le fion ou un coup de hache dans le plexus. "La liberté dont vous nous parlez n'a jamais existé" pour vous, c'est certain. Je vous parle des Veddas mais je pourrais très bien vous parler de ces autres innombrables peuplades qui se retrouvent aujourd'hui acculées par la civilisation. Depuis les Sans aux habitants des Sentinelles en passant par l'Amazonie.... Votre esprit est obtus, vous n'avez probablement jamais vu de près un homme sauvage, vous n'avez jamais traversé le bidonville d'une mégalopole tropicale, vous n'avez jamais vu la guerre, vous n'avez jamais dormi dans la jungle, vous ne vous êtes probablement jamais baigné dans une rivière pure, comment pourriez-vous savoir ? Je ne vous en veux pas. Sur ce, je ne donne plus dix ans à votre civilisation inique, l 'effondrement est proche, nous pouvons sentir ses effluves de vases et de cendres chaudes. Ce ne sera peut être pas une si mauvaise chose, du moins du point de vue du Lynx, de la baleine à bosse ou du pangolin, très certainement.

  • Posté par Rambeaux Paul, mardi 31 août 2021, 22:14

    Autant je peux vous rejoindre sur un certain nombre de constats, sur l'ultralibéralisme, sur la consommation, autant vous me faites doucement rigoler en vous référant à un passé perdu, sorte de paradis empli de libertés que cette société de consommation aurait amputé petit à petit, un paradis réduit progressivement à peau de chagrin ces "vingt dernières années" dites vous. Mais réveillez-vous, Jean-Pierre. Vous pensez qu'on était libre au XXème siècle ? Ou au XIXème ? Ou bien sous l'Ancien Régime ? Quel angélisme que cette nostalgie d'un temps où tout aurait été permis, un temps que vos glorieux ancêtres auraient construit empli de cette liberté que vous, The Dude, courageux solitaire, entendez bien préserver... Je pouffe. Vous me faites penser à d'autres contributeurs éphémères, Yvan Yapadcheff et Théodore Kaczinskioïde, idolâtrant un passé imaginé, sorte de Paradis Terrestre que cette société moderne aurait détruit. Le Paradis n'existe pas, Jeffrey, il n'a jamais existé, et on ne nous l'a jamais volé, nous n'y avons jamais habité. Cette idéalisation du passé rend caduque tout votre discours, Dude. La liberté dont vous nous parlez n'a jamais existé. C'est juste une invention de petit-bourgeois bobo post soixante-huitard anar façon Zerzan, convaincu que la société, c'est mal, bouh ! Alors on réduit la "société" à une poignée d'individus, groupes minuscules, des tribus pas trop nombreuses, et c'est bien pratique en vérité, ça permet de nier le groupe, le collectif, les devoirs individuels. Il veut sa liberté, le petit anar. Quelle naïveté.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs