Accueil Société

Coronavirus: Yves Van Laethem met en garde contre une possible quatrième vague

L’infectiologue et porte-parole interfédéral appelle à la plus grande prudence.

Temps de lecture: 3 min

Les porte-parole du Centre de crise, Steven Van Gucht et Yves Van Laethem mettent en garde. Avec les mesures qui s’assouplissent en septembre et la rentrée scolaire qui recommence, il est possible que la Belgique doive faire face à une quatrième vague covid à l’automne. La gravité de cette vague dépendra de notre comportement et du nombre de contacts à risque que chacun d’entre nous aura, préviennent-ils.

À lire aussi Le vrai ou faux: un tiers des patients «covid» hospitalisés sont-ils vaccinés?

Bruxelles sera plus impactée que la Wallonie ou la Flandre s’il y a une quatrième vague, prédisent les modèles mathématiques. Les porte-parole recommandent de respecter les gestes barrières, de porter le masque et de bien aérer les locaux.

« Nous sommes en phase finale de l’épidémie de covid, mais elle n’est pas terminée », a rappelé mardi, à la veille de la rentrée scolaire, l’infectiologue et porte-parole interfédéral covid Yves Van Laethem, lors d’un point presse de l’Institut de santé publique Sciensano et du Centre de crise.

À lire aussi Coronavirus: pourquoi on est encore loin d’en avoir fini avec le masque

Stabilisation des contaminations

Entre le 21 et le 27 août, 2.012 nouvelles contaminations ont été diagnostiquées en moyenne chaque jour (+3 %). « On constate une stabilisation des nouvelles contaminations, mais celles-ci restent les plus nombreuses chez les enfants et les jeunes adultes », explique Yves Van Laethem, qui met en garde contre « un risque accru de contaminations sur les bancs de l’école ».

Pour la Belgique, le taux de positivité moyen est de 5,6 %. Chez les enfants de moins de 10 ans, il caracole à 11,3 %. Dans la tranche d’âge des 20-39 ans, le taux de positivité s’établit à 6 %.

Entre le 24 et le 30 août, quelque 60 personnes ont été admises en moyenne chaque jour à l’hôpital, un chiffre stable également, mais qui cache d’importantes disparités entre les régions.

Au total, 674 personnes sont hospitalisées en raison d’une infection par le covid (+3 %), dont 200 aux soins intensifs (+16 %).

Un quart des nouvelles hospitalisations à Bruxelles

« La Région bruxelloise concentre un quart des nouvelles hospitalisations et un tiers des patients hospitalisés en soins intensifs », détaille Yves Van Laethem. « Cette situation reflète le taux plus faible de vaccination en Région bruxelloise », ajoute-t-il.

Alors que près de 90 % des adultes sont complètement vaccinés en Flandre et 78 % en Wallonie, seuls 61 % des Bruxellois âgés de plus de 18 ans ont reçu deux injections de vaccin contre le coronavirus.

Entre le 21 et le 27 août, 5,6 personnes sont décédées en moyenne chaque jour des suites du covid, soit une hausse de 15 % en comparaison avec la moyenne établie sur les sept jours précédents. « Ce chiffre reste relativement limité. Dans neuf cas sur dix, il s’agit de personnes âgées de plus de 75 ans, dont très peu proviennent de maisons de repos », poursuit Yves Van Laethem.

À lire aussi Bruxelles: comment vacciner parents, élèves et professeurs

Une rentrée sous haute surveillance

A la question de savoir comment évoluera l’épidémie dans les semaines à venir, l’infectiologue met en garde contre une augmentation des contaminations et des hospitalisations parallèlement à la rentrée des classes.

À lire aussi Coronavirus: l’ombre du variant delta plane sur la rentrée scolaire

« Une nouvelle vague est possible en automne, mais dépendra de l’évolution de la vaccination et de nos comportements à tous », avance-t-il. « Les modèles épidémiologiques montrent que la remise en place des structures sociales au niveau des écoles et du travail devrait entraîner une augmentation des contaminations et des hospitalisations. Si nous augmentons nos contacts à risque de 50 % en septembre par rapport à l’été, on pourrait constater une augmentation des hospitalisations qui atteindrait jusqu’à 400 admissions par jour. On pourrait alors avoir une augmentation des hospitalisations aux soins intensifs, qui pourrait atteindre ou dépasser 1.000 patients en octobre ou novembre. Si c’était le cas, ce serait une nouvelle vague, qui toucherait principalement les zones moins vaccinées comme Bruxelles », poursuit Yves Van Laethem.

Dans l’intervalle, les activités à l’extérieur, la ventilation des locaux et le port du masque, notamment, restent recommandés, tout comme la limitation des contacts sociaux.

>> Rentrée scolaire <UN>: voici les mesures d’application en Wallonie et à Bruxelles

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Boer Mr, mardi 31 août 2021, 17:46

    nième vague aussi

  • Posté par curto calogero, mardi 31 août 2021, 16:56

    Le port du masque pour les vacciner, ussi, vous préciser pas, ils faut être plus clair, avec non vacciner, zet vacciner complet.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 31 août 2021, 17:02

    Vous avez raison, M. Calogero, il faut être plus clair.

  • Posté par Ask Just, mardi 31 août 2021, 15:28

    Beaucoup de commentaires agressifs à l’encontre de Monsieur Van Laethem, qui ne fait pourtant que remplir son rôle. On peut regretter les tournures alarmistes qui peuvent émerger notamment de la prise de bouts de phrase hors contexte. Qu’il y ait un risque de rebond, cela reste une évidence. Qu’il puisse être qualifié de quatrième vague, c’est plus incertain. Mais dans tous les cas, il ne sert à rien de tirer sur le messager

  • Posté par massacry olivier, mardi 31 août 2021, 22:15

    Pourtant vous avez bel et bien ouvert le bal! Pour au final dire la même chose, car votre mise en garde < la rentrée... ne doit pas être l’occasion de faire n’importe quoi.>est conditionnée aux conséquences possibles. Mr Van Laethem ne faisait que nommés un de celle-ci, c'est son rôle d'avertir, il y manquerait qu'on le lui reprocherait. Ceux qui y voient un message de peur, ne seraient-ce pas les peureux? La prudence reste de mise ( = ne pas faire n'importe quoi), helas on a vu pendant les vacances un relâchement certains, surtout dans les régions à destination de tourisme " de masse". En France certaine de ces régions du Sud vivent de plein fouet ce " rebond" ( même si précisons le ce sont aussi les régions le plus antivax).

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko