Accueil Monde Europe

Ryanair lancera onze nouvelles routes cet hiver, de quoi créer 200 emplois supplémentaires

L’entreprise irlandaise compte en outre créer 200 nouveaux emplois en Belgique pour des pilotes, du personnel de cabine et des ingénieurs.

Temps de lecture: 3 min

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair lancera onze nouvelles routes, toutes au départ de Charleroi, durant la saison aéronautique d’hiver à venir, a-t-elle annoncé mardi. L’entreprise irlandaise compte en outre créer 200 nouveaux emplois en Belgique pour des pilotes, du personnel de cabine et des ingénieurs.

À lire aussi Préavis de grève chez Brussels Airlines: la réorganisation sociale coince

Ces nouveaux emplois doivent accompagner la reprise en cours du trafic aérien après la crise du coronavirus et la livraison prochaine de nouveaux avions, les Boeing 737 MAX, dont certains devraient être basés en Belgique d’ici l’été prochain. Le CEO de Ryanair, Michael O’Leary, de passage à Bruxelles, met cependant en garde contre les effets sur ces plans d’un potentiel projet de taxer davantage le secteur aérien en Belgique.

Dès la fin du mois d’octobre, les onze nouvelles routes relieront Charleroi à la Scandinavie (Danemark, Finlande et Suède), l’Europe de l’Est et le Maroc, entre autres. Cette extension du réseau fera passer à 15 le nombre d’avions de Ryanair basés en Belgique (13 à Charleroi et deux à Zaventem) et à 100 le nombre de liaisons au départ de ces deux aéroports. Environ 150 nouveaux emplois seront créés dans le Hainaut et 50 à Brussels Airport dans les douze mois, pour plus de 500 postes de travail déjà existants.

De nouveaux postes de travail qui accompagneront également la livraison puis l’arrivée de nouveaux avions Boeing 737 MAX, dont la capacité de transport est plus importante, dans les deux aéroports belges.

Grâce à cela, l’entreprise compte transporter neuf millions de passagers depuis et vers la Belgique sur base annuelle, ce qui en ferait la première compagnie du pays, devant Brussels Airlines. Selon le CEO Michael O’Leary, Ryanair conduit de la sorte la relance post-covid pour la Belgique dans le secteur aérien, et ce sans avoir touché un centime d’euro d’aide d’État, fustige-t-il.

Le patron de la compagnie à bas coûts a toutefois lié ces développements à Zaventem à une situation sanitaire qui ne se détériorait pas trop. Mais aussi à l’obtention de davantage de créneaux horaires, dont beaucoup appartiennent aujourd’hui à Brussels Airlines, et au rejet de la recommandation récente du Conseil supérieur des Finances de taxer davantage le secteur aérien.

À lire aussi Le CEO d’Umicore à propos du climat: «On manque d’ambition mais surtout de vision»

« Youpie ! », a-t-il réagi à cette proposition. « Qu’est-ce que cela fera pour le tourisme et les emplois en Belgique ? », s’est-il demandé, soulignant la réduction actuelle du tourisme de 70 % à Bruxelles. À ses yeux, la relance ne se fera pas en taxant le secteur aérien. « La Belgique a besoin d’un plan de relance du trafic et pas d’un projet fou d’introduire de nouvelles taxes. Nous devons réduire les charges aéroportuaires et les taxes pour relancer le tourisme », a-t-il ainsi insisté.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Lambert A., mardi 31 août 2021, 19:32

    Si si Mr O'Leary, il est grand temps d'augmenter la taxation du transport aérien à hauteur de la pollution exponentielle qu'elle engendre. La règle du pollueur payeur doit être strictement appliquée. Par ailleurs, le kérosène aussi devrait être taxé au même niveau que les autres carburants. Est-il vraiment normal de payer quasiment le même prix pour un billet de train pour un voyage de quelque 100 à 150 km, que pour voler 1000 km en avion ???

  • Posté par Van Obberghen Paul, mardi 31 août 2021, 15:41

    "Nous devons réduire les charges aéroportuaires et les taxes pour relancer le tourisme" Non, pas pour relancer le tourisme. Pour augmenter le salaire de Mr O'Leary et les dividentes des actionnaires de Ryanair. Disons les choses clairement.

  • Posté par hoyois yves, mardi 31 août 2021, 14:16

    “Nous devons réduire les charges aéroportuaires et les taxes pour relancer le tourisme“, peut-on s’attendre à une autre proposition de ce Monsieur !!! Mais est-ce bien raisonnable ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 31 août 2021, 17:10

    D'accord, M. Hoyois. Et ne pourrait-on pas plutôt taxer enfin ce carburant hyper-polluant qui s'appelle kérosène?

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une