La compagnie aérienne SAS réduit ses pertes et voit des signes "encourageants"

Pour son troisième trimestre décalé (mai-juillet), la compagnie semi-publique a subi une perte de 1,36 milliard de couronnes (133 millions d'euros), soit 40% inférieure à celle subie il y a un an sur la même période.

"Nous avons noté des signes encourageants durant la saison estivale avec une demande progressant doucement", a déclaré le nouveau CEO néerlandais de l'entreprise, Anko van der Werff, en poste depuis juillet, dans le rapport trimestriel.

"Des défis importants demeurent avec la multiplication des cas du variant Delta qui retardent la reprise", a-t-il reconnu.

Le chiffre d'affaires trimestriel a rebondi de près de 60% sur un an, à 4,0 milliards de couronnes, mais reste 70% inférieur au niveau prépandémique, selon SAS.

"Nous prévoyons que les voyages vont augmenter progressivement avec le nombre croissant de personnes vaccinées dans le monde, mais nous sommes conscients que la demande a changé durant la pandémie", a souligné le patron, premier non scandinave à la tête de SAS, relevant notamment que les achats se font davantage au dernier moment.

"La flexibilité pour s'ajuster à la hausse comme à la baisse sera donc un facteur de succès à l'avenir", observe-t-il.

SAS, qui a supprimé 5.000 postes, soit 40% de ses effectifs l'an dernier, a annoncé en mai un crédit supplémentaire de près de 300 millions d'euros des Etats danois et suédois, ses principaux actionnaires (21,8% chacun), pour traverser la crise. Cette aide s'ajoute à un premier crédit d'un montant similaire ainsi qu'à une augmentation de capital en 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous