Ronaldo vise un nouveau record, des Bleus revanchards…: les qualifications pour le Mondial 2022 reprennent ce mercredi soir

@AFP
@AFP

Le Portugais a quitté la Juventus Turin pour retourner à Manchester United où il avait commencé à écrire sa légende entre 2003 et 2009. Son transfert a été officialisé mardi. Il est sur le point d’ajouter un nouvel exploit à sa carrière.

Avec 109 réalisations au compteur en 179 sélections, « CR7 » doit marquer une seule fois pour dépasser Ali Daei et s’installer seul sur le trône de roi des buteurs en équipe nationale.

À 36 ans, Cristiano Ronaldo cumule déjà les records de meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des champions (134), du Real Madrid (450), de l’Euro depuis cet été (14) et des sélections européennes, en ayant surpassé le Hongrois Ferenc Puskas (84) pendant la Coupe du monde 2018 en Russie.

« Ronaldo mérite ce record »

Ali Daei en personne ne se fait d’ailleurs pas d’illusion quant à la survie de son record que beaucoup pensaient inaccessible.

Le « Chahriar » (le roi en persan), aujourd’hui âgé de 52 ans et retraité depuis 2007, a d’ailleurs rendu hommage au capitaine portugais lorsque ce dernier a égalé ses 109 réalisations en signant un doublé face à la France (2-2) pendant l’Euro 2020.

« Félicitations à Cristiano Ronaldo qui est maintenant à un but de battre le record international de buts (…) Je suis honoré que cet exploit remarquable appartienne bientôt à Ronaldo », avait écrit l’ancien joueur du Bayern Munich sur son compte Instagram, lui qui considère que Ronaldo est « l’un des trois » grands footballeurs de l’histoire avec les Argentins Leo Messi et Diego Maradona.

« Je crois que Ronaldo mérite ce record. Le fait qu’il puisse me rejoindre est aussi un record pour moi », avait-il déclaré au quotidien sportif espagnol As quelques jours après la rencontre.

S’il venait à échouer contre l’Irlande, le quintuple Ballon d’or portugais pourrait se rattraper face au Qatar samedi en amical ou en affrontant l’Azerbaïdjan le 7 septembre en éliminatoires.

Dernier Mondial

Et s’il dispute au moins deux de ces trois rencontres, le Portugais qui a débuté sa carrière internationale en août 2003 dépassera les 180 sélections de l’Espagnol Sergio Ramos, non convoqué avec la « Roja », pour devenir le joueur le plus capé dans une sélection européenne.

Après trois journées de qualification, le Portugal est leader du groupe A avec 7 points, le même total que la Serbie, mais les hommes du sélectionneur Fernando Santos présentent une meilleure différence de buts.

Poussifs lors de la victoire face à l’Azerbaïdjan (1-0), le nul en Serbie (2-2) et le succès au Luxembourg (3-1), les champions d’Europe 2016 doivent élever leur niveau de jeu s’ils souhaitent se donner de l’air en tête de leur poule.

Nul doute que Cristiano Ronaldo, buteur contre le Luxembourg, voudra aider son pays à se qualifier pour le Mondial au Qatar, à l’automne 2022 (21 novembre-18 décembre), qui devrait, selon son propre aveu, être son dernier.

Il aurait alors, à bientôt 38 ans, l’opportunité d’entrer dans le cercle très fermé des joueurs ayant disputé cinq Coupes du monde, comme l’Italien Gianluigi Buffon, l’Allemand Lothar Matthäus, les Mexicains Antonio Carbajal et Rafael Marquez.

Il disposera surtout d’une ultime occasion de remporter cette compétition, seul trophée majeur manquant à son imposant palmarès.

Des Bleus revanchards

Sonnée par son échec à l’Euro, l’équipe de France retrouve ce mercredi la compétition et ses supporters face à la Bosnie-Herzégovine d’Edin Dzeko, point de départ d’une semaine effrénée avec trois matches qualificatifs au Mondial 2022.

« Avant tout, il y a de l’enthousiasme » mais la sélection est « dans le besoin de retrouver de la confiance après cette élimination précoce à l’Euro », n’a pas caché Hugo Lloris mardi devant la presse. « Tout le monde doit participer à relever l’équipe de France, à lui donner un nouvel élan, positif », selon le capitaine.

Les Bleus, en tête de leur groupe, retrouvent à Strasbourg (20h45) un adversaire qu’ils avaient battu fin mars à Sarajevo sur un unique but d’Antoine Griezmann (1-0). Entre temps, ils ont mordu la poussière dans un Championnat d’Europe terminé en huitièmes de finale face à la Suisse (3-3, 5-4 tab).

« On ne peut pas changer quoi que ce soit à ce qui s’est passé, c’est un nouvel objectif », s’est projeté Didier Deschamps. Concernant la Bosnie, « le match aller était loin d’être évident pour nous. Il y aura évidemment la recherche du résultat, mais en y mettant la manière aussi », a déclaré le sélectionneur.

L’aura des champions du monde s’est abimée à l’Euro, mais pas autant que leur défense autrefois si solide, handicapée certes par de nombreuses blessures mais accusée de tous les maux après avoir gaspillé une avance de deux buts à l’approche de la fin du temps réglementaire contre la « Nati ».

A guichets fermés

La réponse de Deschamps, confirmé à son poste peu après l’élimination, est forcément scrutée dans un contexte assez similaire à celui de l’Euro, où les pépins physiques s’étaient accumulés dans le secteur défensif.

Pour la rentrée, il est privé de ses latéraux titulaires, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez. Coup dur supplémentaire, le défenseur central Dayot Upamecano a dû renoncer au rassemblement lundi en raison d’une blessure à une cuisse survenue récemment avec le Bayern Munich. Clément Lenglet, en difficulté contre la Suisse, a été rappelé à la rescousse.

Dans ce contexte, des opportunités sont à aller chercher en défense pour des joueurs oscillant habituellement chez les Bleus entre titularisation et banc de touche, comme Jules Koundé et Lucas Digne. Du côté des nouveaux venus, l’arrière gauche de l’AC Milan, Theo Hernandez, peut espérer disputer ses premières minutes, à une place laissée vacante par son frère Lucas.

Cela pourrait survenir dès mercredi dans une Meinau à guichets fermés, avec 22.000 spectateurs attendus, face aux trentenaires Miralem Pjanic et Edin Dzeko. Ou à Kiev contre l’Ukraine samedi, voire contre la Finlande mardi prochain à Lyon.

Kanté forfait mercredi

En attaque, où le jeune ailier Moussa Diaby (Bayer Leverkusen) a été appelé, peu de bouleversements sont à prévoir. Difficile en effet pour Deschamps de se passer d’Antoine Griezmann, Karim Benzema et Kylian Mbappé.

La pépite du Paris SG a animé les derniers instants du mercato, clos mardi à minuit, sans pour autant franchir le pas qui le sépare encore du Real Madrid, son courtisan le plus insistant. Sur le terrain, le N.7 parisien n’a pas semblé perturbé dimanche contre Reims (2-0), avec un doublé et une implication remarquable.

« Kylian est professionnel, très professionnel de ce qu’il a montré avec le PSG. Il y a beaucoup d’agitation médiatique, c’est normal, mais il fait la part des choses et représente l’équipe de France. Il est prêt à donner le meilleur de lui-même », a affirmé Lloris.

C’est au milieu de terrain que « DD » aura l’occasion de plus innover, en l’absence d’Adrien Rabiot resté en Italie et avec le forfait pour mercredi de N’Golo Kanté, le joueur de Chelsea étant affaibli depuis plusieurs jours à une cheville.

Deux nouveaux espèrent avoir une carte à jouer pendant le rassemblement : Jordan Veretout, indispensable régulateur de l’entrejeu à l’AS Rome, et Aurélien Tchouaméni, ex-Espoir de 21 ans aux performances remarquées à l’AS Monaco.

Les 23 Bleus appelés pour la rentrée savent en effet qu’au-delà des échéances immédiates il y a une Coupe du monde à viser et pour laquelle ils rêvent tous, individuellement et collectivement, de concourir. Ce sera en novembre et décembre 2022. Autant dire : demain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous