L’immobilier donne rendez-vous au golf

d-20150918-3CM0HJ 2015-09-18 11_26_28

Le Building Golf Trophy fêtera sa neuvième édition (déjà !) le lundi 13 septembre prochain sur les greens du Golf de Sept Fontaines, à Braine-l’Alleud. Réunissant le monde de l’immobilier et ses secteurs connexes (architecture, ingénierie, entreprises générales, construction, finitions…), la manifestation réunira un nombre record de participants : 130 pour la compétition et 45 pour l’initiation.

Une fois n’est pas coutume, les organisateurs ne peuvent qu’afficher une franche satisfaction d’avoir su mobiliser la communauté immobilière autour d’un événement qui a séduit dès sa première édition. « Une seule invitation, lancée fin juin, a suffi », explique à ce sujet Pascal Spitaels qui compose le trio d’organisateurs (avec Thierry Damstén et Cédric Buchet). « En une semaine, nous affichions complet. Nous avons malheureusement dû refuser beaucoup de monde… »

Le covid-19 et ses confinements qui ont cloîtré les gens chez eux (et supprimé la quasi-totalité des événements immobiliers) pendant plus d’un an a sans doute intensifié l’envie de retrouvailles mais le succès du tournoi est à chercher ailleurs. « La formule de jeu, les prix distribués, la bonne ambiance et la qualité de l’organisation et de l’accueil aux Sept Fontaines font que le BGT est devenu un must », résume fièrement Pascal Spitaels. « Il n’y a plus qu’à espérer que le soleil sera de la partie… »

Ce souhait est à mettre en relation avec l’été (pourri) que l’on vient de connaître et sans doute aussi avec la date du 5 juillet dernier, quand le BGT a tenu sa première édition au Grand-Duché de Luxembourg sur les greens du Kikuoka Country Club à Canach, une localité située à 15 minutes du centre-ville. La pluie y a malheureusement fortement perturbé la compétition… « Elle a malgré tout réuni 75 participants, des Luxembourgeois pur jus et des Belges travaillant au Luxembourg », expose notre interlocuteur. « Fort de ce succès, la deuxième édition aura lieu en juillet 2022. »

L’an prochain, le BGT version belge fêtera ses 10 ans. Un événement que les organisateurs veulent grandiose. « Mais il est trop tôt pour en parler, nous nous y attèleront dès que la neuvième édition sera derrière nous », conclut Pascal Spitaels.

C’est-à-dire le 13 septembre après minuit. A ce propos, on précisera que l’accueil pour la compétition débutera à midi (le début de l’initiation est prévu à 16h). La remise des prix devrait démarrer vers 19h30. Elle sera suivie comme chaque année d’un walking-dinner.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Martin Buxant (à g.) et Joan Condijts, respectivement rédacteur en chef et CEO, croient toujours en leur bébé.

    LN24 à vendre? Pas si vite!

  2. SPAIN-VOLCANO (2)

    La sourde menace du volcan de La Palma

  3. Parlera-t-on de père, de mère, et d’un parent de sexe neutre. Le débat promet d’être intense.

    Faut-il supprimer les genres au sein de la famille?

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles: le vaccin, signe d’un grand écart

    Les douze communes les moins bien vaccinées du pays sont… bruxelloises. Chez les 12-17 ans, le taux de vaccination est de 31 % dans la capitale, contre… 83 % en Flandre, 59 % en Wallonie. Pas une statistique pour sauver la Région bruxelloise, pas une tranche d’âge qui se distingue, pas vraiment une commune qui sort du lot (même la meilleure de la classe, Woluwe-Saint-Pierre, dépasse à peine les 65 %). Au total, à peine 54 % de la population totale a déjà reçu une première dose (80 % de Flamand(e)s et 69 % de Wallon(ne)s).

    Des efforts pas toujours payants

    Pire, de semaine en semaine, les chiffres stagnent, forçant les autorités à repousser les objectifs. A la veille des vacances, on visait encore 65 % de vacciné(e)s chez les plus de 18 ans pour la mi-juillet. A la rentrée, on espérait les 65 %, de la population totale cette fois, protégée pour fin octobre. Tenable moyennant un rythme...

    Lire la suite

  • La grande gayole du covid wallon

    A quelques encablures de la phase du « chacun décide pour lui-même », c’est déjà l’opacité qui règne. En Wallonie du moins, car à ce stade, on a l’impression qu’il y a désormais trente-six niveaux de prises de décisions qui se penchent sur la manière de combattre la reprise du covid dans le sud du pays, et plus grand monde qui sache à quel saint se vouer.

    C’est sans doute un brin exagéré mais ce lundi il y avait à tout le moins de l’énervement dans l’air, tant le « qu’est-ce qu’on fait...

    Lire la suite