Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Enjeux»: mourir pour Kaboul?

L’Amérique, et les présidents qui l’ont dirigée depuis 20 ans, ne peut faire l’économie d’une franche introspection. Pour identifier les causes de la débâcle afghane, mais aussi par respect pour les milliers de victimes.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Comment demander à un homme d’être le dernier à mourir pour une erreur ? ». Le 22 avril 1971, cette phrase avait secoué le Sénat américain, lorsqu’un jeune vétéran, John Kerry, était venu témoigner de son tour of duty au Vietnam. Celui qui devint par la suite le secrétaire d’Etat de Barack Obama (et qui est aujourd’hui l’envoyé spécial pour le climat au sein de l’administration Biden) s’était dit écœuré par les crimes de guerre et la corruption, révolté par les mensonges. Et il avait imploré l’Amérique de mettre fin à son « erreur ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 2 septembre 2021, 17:24

    Celà fait peur de voir que l'histoire se répète, et que ceux qui nous commandent semblent ne rien apprendre. Une action militaire commencée dans un but de vengeance, sur le mauvais ennemi et sans idée de ce qu'on allait faire après la victoire militaire...la méconnaissance totale du pays où de jeunes soldats sont envoyés se faire tuer (et tuer), le financement et le maintien au pouvoir d'un gouvernement corrompu ne pouvait mener qu'à un désastre. Les mêmes erreurs en Syrie, en Irak, en Libye et au Vietnam plus tôt... Qui sont ces gens qui nous gouvernent?

  • Posté par collin liliane, jeudi 2 septembre 2021, 14:33

    Qu'il est facile de jouer les critiques ...en oubliant au passage que l'Otan a permis pendant 20 ans à ce pays de vivre dans des conditions inespérées.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 2 septembre 2021, 13:47

    "On ne peut pas exporter la démocratie à coups de canon..." Non certes, mais il en faut sans doute pour permettre aux filles d'aller à l'école, aux femmes d'exercer des emplois et à tous les citoyens de bénéficier de droits que la Charia n'accorde pas.

  • Posté par Jean Luc, jeudi 2 septembre 2021, 22:53

    Dites, la Charia, c'est leur religion ; un peu de respect, s'il vous plait.

  • Posté par OPDEBEECK Jean-Marie, jeudi 2 septembre 2021, 13:11

    Excellente chronique à laquelle j'adhère complètement.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs