Accueil Société

Fraudes, pratiques troubles… la Flandre envisage une pause «d’au moins deux ans» des adoptions internationales

Le ministre flamand en charge de la famille, Wouter Beke, est d’avis qu’il faudrait mettre les adoptions internationales sur « pause » durant au moins deux ans, le temps de réformer en profondeur le système flamand.

Temps de lecture: 3 min

Un « rapport d’experts » sur l’adoption internationale fait débat jeudi dans le nord du pays, où le ministre flamand compétent s’apprête à exposer une note à son gouvernement, recommandant une « pause des adoptions ».

Le ministre flamand en charge de la famille, Wouter Beke, est d’avis qu’il faudrait mettre les adoptions internationales sur « pause » durant au moins deux ans, le temps de réformer en profondeur le système flamand. La note qu’il va transmettre à ce sujet au gouvernement flamand ne vient pas de nulle part, elle s’appuie sur les recommandations d’un « panel d’experts » mis sur pied en Flandre en 2019. Elles ont été présentées jeudi en conférence de presse, en présence du ministre Beke.

A l’origine de la création de ce panel : le constat que les adoptions internationales ont donné lieu par le passé à de nombreuses fraudes et pratiques troubles. Les « experts » ont finalement dégagé 20 recommandations, qui tournent autour d’un changement de paradigme : l’adoption ne doit pas se faire à partir du désir d’enfant d’un couple belge, mais bien à partir des besoins d’un enfant, et si possible avec le maintien de contacts avec sa famille, son histoire, son pays d’origine, etc. (le panel parle d’une adoption « ouverte »). L’objectif est aussi de maintenir l’adoption internationale comme solution en dernier ressort : mieux vaut investir dans les systèmes locaux de soins, et adopter une attitude « passive » par rapport à l’adoption internationale.

Centralisation

Les experts, qui comprennent l’avocate en droit de la famille Veronique Van Asch, mais aussi des universitaires et chercheurs, dont des personnes adoptées, recommandent aussi de centraliser les services flamands en charge de l’adoption.

Expliquant jeudi sa vision d’une « pause » des adoptions, le ministre Wouter Beke a insisté sur le fait qu’il ne s’agirait pas d’un arrêt complet et brutal. Ceux qui sont déjà proches d’une adoption pourront bien accueillir l’enfant qu’ils attendent. On arrêterait en revanche temporairement l’enregistrement de nouveaux « candidats-adoptants ».

A plus long terme, les « listes d’attente » de parents potentiels seraient remplacées par un « pool » général de familles étant disposées à accueillir un enfant dans le besoin, comme ce qui existe dans le système des familles d’accueil pour enfants placés.

Le ministre CD&V a indiqué qu’un nouveau panel serait instauré à court terme, pour définir des lignes de conduite concrètes en matière de collaboration avec les pays d’origine qui investissent eux-mêmes dans des soins qualitatifs.

 

À lire aussi Une avancée pour l’accueil de nos enfants

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Byloos Dominique, jeudi 2 septembre 2021, 14:25

    Des couples ayant des problèmes pour avoir un enfant se tournent vers l'adoption pour agrandir la famille. La volonté de ces couples n'est pas "d'avoir" un enfant pour en avoir un, mais de l'éduquer, de l'aimer et de l'accompagner dans sa vie. Exactement comme le fait un couple avec un enfant "biologique": L'adpotion d'enfant en Belgique est quasiment impossible au vu des démarches invraisemblables et des délais d'attente qui sont imposés à ces couples. Qu'il y aie une analyse approfondie de la situation du couple est une bonne chose mais cela ne doit pas prendre 5 ou 6 ans. A côté de cela, il y a des enfants dans le monde qui attendent d'avoir des parents. Ces enfants ne demandent pas mieux que d'avoir un adulte ou un couple qui vont s'occuper de euxet les accompagner dans la vie. En Inde, il y a des milliers d'enfant qui vivent dans des ashram et qui n'auront jamais de parents. Pour moi, cette décision va au contraire contre l'intérêt de ces enfants. Il est très clair que toute adoption internationnale doit se faire en toute légalité et que certaines personnes ont certainement abusé des procédures en place. Ce n'est pas une raison pour prendre des décisons radicales sans connaitre la réalité du terrain.

  • Posté par JEAN CORNEZ, jeudi 2 septembre 2021, 17:07

    Je partage totalement votre avis, mais, c'est peut-être une façon hypocrite de diminuer le nombre d'immigrés.

Aussi en Société

Enquête Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko