Accueil

Au cœur de l’enquête

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 1 min

Dans La Cellule, Soren Seelow ne fait le procès de personne, ni celui des terroristes, ni celui des enquêteurs, ni celui de l’islam. La force de l’auteur, c’est de s’en tenir strictement aux faits et de coller au plus près à la réalité. Les terroristes des attentats de Verviers, de Paris et de Bruxelles n’ont rien de caricatures de bande dessinée.

Le dessinateur, Nicolas Otero, a opté pour un style graphique proche de la photographie, dépouillé d’effets spéciaux. Dans le souci d’éviter toute forme de dramaturgie déplacée, il choisit même de traiter le massacre du Bataclan par un fondu au noir. Le lecteur ne verra rien du sang versé, car l’important est ailleurs, dans l’analyse clinique de la stratégie terroriste et des moyens mis en place pour tenter de la contrer.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs