Accueil Économie Mon argent

La gratuité pour les maternelles, vraiment?

Toutes les écoles de maternelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles reçoivent une dotation pour offrir une forme de gratuité. Quelques activités restent cependant payantes. En voici la liste.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 4 min

L’école n’est pas gratuite. Nulle part, ce n’est écrit. Par contre, la base de la législation en matière de frais scolaires, c’est l’article 24 de la Constitution qui dit que « l’accès à l’enseignement est gratuit jusqu’à la fin de l’obligation scolaire ». Ce qui implique qu’aucun minerval ne peut être exigé. Pour le reste, il reste des frais qui sont pris en charge par les écoles et d’autres frais qui peuvent être mis à charge des parents.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Termam Alexis, dimanche 5 septembre 2021, 11:47

    La règle qui dit que minimum 70% de la classe doit participer à un séjour avec nuitée est une hérésie où on fait porter sur le dos de certains parents la responsabilité vis à vis d'autres parents.

  • Posté par Albin S. Carré, dimanche 5 septembre 2021, 10:43

    Si vous ne voulez rien payer, ne faites pas de gosse, la terre est déjà surpeuplée!

  • Posté par Janssens Yves, dimanche 5 septembre 2021, 9:48

    Qui ne peut pas payer une pochette de crayons à son propre enfant ? Si on met son enfant en garderie c’est qu’on travaille, donc on a les moyens de la payer ! Que la communauté française (déjà pratiquement en faillite) garde son argent pour payer les enseignants et améliorer les infrastructures

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 3 septembre 2021, 16:53

    Le gratuit n existe pas, il est toujours payé par quelqu un et pratiquement toujours par les mêmes

Aussi en Mon argent

Inondations: plus de 2 milliards d’euros de sinistres

Assuralia tire le bilan chiffré et record des intempéries de juillet. La fédération du secteur de l’assurance en profite pour insister sur la nécessité d’un modèle de couverture de ce type de risque public-privé « qui tienne la route dans la durée ». Elle s’attendait également à des sinistrés mécontents.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs