Accueil Culture Musiques

Coronavirus: le monde de la nuit à l’arrêt, du blues sur les platines

A l’inverse de celles d’autres pays européens, les discothèques belges n’ont pas pu rouvrir cet été. Depuis 18 mois, tous feux éteints, les DJ mangent leur pain noir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Combien s’en relèveront ? Combien auront remisé pour toujours leurs platines de mixage dans un placard ? A l’arrêt depuis le mois de mars 2020, le monde de la nuit entrevoit doucement le bout du tunnel avec la réouverture partielle, le 1er octobre, des discothèques. « Grands oubliés » des comités de concertation, les boîtes et discothèques n’ont pu rouvrir leur porte cet été, comme en France, en Espagne, en Allemagne ou au Luxembourg, malgré les SOS envoyés des mois durant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs