Accueil La Une Monde

«C’est une fierté collective, le pays a fait bloc»

« Je revois toujours des blessés sortir du Bataclan », se souvient l’ancien président. Mais son rôle dépassait la compassion. « Il fallait que la France reste unie », dit-il.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Comment avez-vous vécu ce soir-là ? Avez-vous tout de suite mesuré l’ampleur de ce qui se passait ?

Jusqu’alors nous avions affaire à des attentats commis par un petit nombre d’individus qui cherchaient des cibles symboliques pour frapper. Au stade de France, quand j’apprends qu’un terroriste a fait exploser son engin, je pensais à ce moment-là encore à un acte isolé. Lorsque Manuel Valls (NDLR : alors Premier ministre) m’appelle de chez lui et qu’il me donne des éléments sur ce qui se passe sur les terrasses, je comprends que nous sommes dans une opération d’envergure. Un peu plus tard, je comprends que nous sommes devant un acte de guerre.

Dans un premier temps, vous décidez pourtant de rester au stade de France…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs