Romelu Lukaku avant de fêter sa 100e cap face à la République tchèque : «Je m’amuse à chaque match et entraînement des Diables depuis cinq ans»

10940462-041
Photo News

A la veille de son centième match sous la vareuse des Diables, Romelu Lukaku s’est présenté en conférence de presse comme un joueur fier du chemin parcouru, mais pas rassasié : « C’est toujours un grand honneur de jouer pour cette équipe nationale. Je m’amuse presqu’à chaque entraînement et chaque rencontre depuis cinq ans... J’espère d’ailleurs encore jouer plein de matches pour les Diables », a déclaré le serial buteur.

Le plus beau des (presque) 100 matches disputés avec la Belgique ? «  Donnez-moi dix secondes... (sic). Le match contre les USA en 2014, la victoire contre le Brésil en 2018.... mais aussi le 8-1 contre l’Estonie et le 9-0 contre Gibraltar parce que je me suis vraiment amusé ! » Le néo-Blues a aussi assuré prendre toujours autant de plaisir dans les matches à moindre enjeu.

Quant au présent, Lukaku se dit conscient des lacunes en défense, mais aussi optimiste : « C’est une bonne chose d’avoir des points sur lesquels progresser. Même si c’est impératif si on veut performer face aux grandes équipe. »

Conte et Tuchel, transition facile

Questionné sur son adaptation à Chelsea, l’attaquant a comparé le système de jeu des Blues a celui de l’équipe nationale : « Le dispositif est identique à celui déployé en sélection, à ceci près qu’on installe un pressing plus haut à Chelsea. J’ai donc dû un peu apprendre et m’adapter, mais les joueurs et Thomas Tuchel m’ont bien accompagné. »

Alors, préfère-t-il un trophée avec la Belgique ou le titre et la ligue des Champion avec Chelsea ? La réponse est presque téléphonée quand on connaît le caractère de notre compatriote : « Les deux. »

Une Coupe du monde tous les deux ans, whaaaat ?

La conférence de presse a aussi donné lieu à un instant cocasse : un journaliste a demandé au numéro 9 son avis sur une hypothétique Coupe du monde tous les deux ans. Lukaku n’était visiblement pas au courant de ce projet porté par Arsène Wenger, l’ex-coach d’Arsenal. Mais son non-verbal semble avoir trahi le fond de sa pensée : « Whaaaaat ? » s’est fendu le Belge avant de rire aux éclats. Et de se reprendre : « Je ne peux pas répondre à ça... je n’ai pas envie de m’attirer des problèmes ! » Tout le monde a compris, mais il n’a rien dit. Malin, le Big Rom, malin...

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous