L’ex-international Jonathan Legear:«Ce sera plus dur pour les Diables au Mondial»

Dans cet article
Jonathan Legear évolue à présent sous les couleurs de l’URSL Visé.
Jonathan Legear évolue à présent sous les couleurs de l’URSL Visé. - Sébastien Smets

Éliminée par l’Italie en quarts de finale du dernier Euro, la Belgique, soutenue par tout un pays, n’est pas parvenue à aller au bout de son rêve. « C’est une nation qui devait se hisser bien plus haut dans cette compétition, à l’instar de la France et du Portugal », tranche sans langue de bois Jonathan Legear, un ancien Diable rouge.

Pour l’actuel joueur de l’URSL Visé, ce qui a manqué est clair. « La grosse erreur a été de nous adapter au jeu italien. La Belgique, vu ses atouts offensifs, ne peut pas se permettre d’attendre. Elle doit toujours aller de l’avant, imposer son jeu, prendre les devants au marquoir avant de tomber dans un combat tactique.

Certes, il faut un peu de chance le jour J. Mais c’est surtout une question de mentalité. Regardez l’Italie. Elle n’était pas placée parmi les favorites au départ. Mais elle a su se montrer rigoureuse défensivement et réaliste offensivement, sans pour autant avoir une tonne de stars au sein de sa sélection. Et puis, sa régularité a fait la différence ».

L’Euro est à présent derrière nous. Focus dorénavant sur la Coupe du monde 2022. « Ce sera encore plus dur », annonce Legear. « Outre les nations européennes, il faudra se farcir les pays sud-américains. En termes d’intensité, c’est autre chose… Bref, il n’y aura pas six favoris comme à l’Euro, mais bien une dizaine ».

Cours d’entraîneur

La qualification pour cette compétition n’est pas encore acquise, mais le train est en marche. « On l’entend souvent, il n’y a plus de petites équipes. Mais tout de même… On sera au Qatar ».

Pour notre génération dorée, c’est l’une des dernières chances de remporter un trophée majeur. « J’ai eu la chance de jouer avec de nombreux sélectionnés, moi qui ai été repris à cinq reprises par Georges Leekens et Marc Wilmots. J’avais commencé deux matches et j’étais entré au cours des trois autres. Je me souviens que j’avais reçu une note de 10 sur 10 face à l’Autriche. Il faut dire qu’avec deux ou trois assists, j’avais été élu ‘homme du match’. Eden Hazard était à l’époque sur le banc… Ensuite, mes choix sportifs ne m’ont pas apporté suffisamment de visibilité. Si j’avais opté pour un club anglais, j’aurais totalisé dix fois plus de caps ».

Malgré tout, l’actuel joueur de Nationale 1 n’a aucun regret. « J’ai eu la chance de jouer pour mon pays, j’ai évolué en Ligue des champions et en Europa League, j’ai gagné des titres en Belgique dont trois Coupes… Je pense que tout jeune joueur signerait à deux mains pour une telle carrière ».

C’est donc à l’URSL Visé que Jonathan Legear termine son parcours de joueur. « J’espère jouer encore au moins un ou deux ans en nationales.

Ensuite, je souhaite lancer une carrière en tant que T2 ou T3. Je me vois grandir en Basse-Meuse car le club est sain, grâce au travail de son président, et ambitieux avec notamment José Riga au poste de T1. J’ai d’ailleurs commencé mes cours d’entraîneur et j’espère avoir le diplôme UEFA A dans moins de deux ans ».

« Anderlecht finira par y arriver »

Jonathan Legear en a connu des clubs, tant en Belgique qu’à l’étranger. Chez nous, il est notamment passé par Anderlecht et le Standard. « En parlant des Mauves, je pense que leur stratégie finira par payer », évoque-t-il. « Cette année, ça va toutefois être difficile. Et pour cause, le Sporting n’est pas parvenu à conserver ses meilleurs atouts ces derniers mois. Je pense par exemple à Doku et Sambi Lokonga qui sont partis. La cause est simple : il faut réparer les erreurs du passé et donc renflouer les caisses du club. Mais pour Vincent Kompany, il est nécessaire de quasiment relancer le projet à zéro. Et ce, à cause aussi d’erreurs de casting (Raman n’a rien à faire à Anderlecht, Trebel ne reçoit pas sa chance…). La saison dernière, le RSCA s’est qualifié pour les Playoffs 1. Mais les changements ont été très nombreux. Et sans constance, pas évident d’arriver à ses fins. Les supporters doivent se montrer patients. Un jour, on reverra le grand Sporting, c’est sûr ».

Et le Standard dans tout ça ? « C’est mon club de cœur J’y ai notamment gagné une Coupe. Le souci, c’est que la direction n’apprend pas de ses erreurs. Et puis, les bonnes personnes ne sont pas aux bons endroits. Avec Olivier Renard et Ricardo Sa Pinto, il y avait un vrai processus. Le club était alors rentable avec de très bonnes pioches lors des mercatos. Il faut dire qu’Olivier a le nez fin… Mais voilà que le Standard a changé sa manière de fonctionner en faisant trop confiance à des agents de joueurs. Qu’à cela ne tienne et malgré son irrégularité, le Standard jouera les huit premières places en D1A. Cette saison, il pourra compter sur ses supporters, ce qui lui rapportera 9 à 15 points, c’est certain ».

La Ligue des Nations: «C’est juste pour faire du fric»

Par Y.G.

Roberto Martinez.
Roberto Martinez. - Photo News

Après le triptyque de septembre dédié aux qualifications pour la Coupe du monde 2022, les Diables rouges se concentreront sur le dernier carré de la Ligue des Nations. Avec, le 7 octobre prochain, une affiche face à la France au stade des demi-finales.

« La Ligue des Nations, c’est juste pour faire du fric », lance Jonathan Legear. « Un joueur professionnel dispute plus ou moins 60 matches au total lorsqu’il y a un Euro ou une Coupe du monde. C’est énorme. Mieux vaut donc souffler un an sur deux. Cette fois, c’était encore pire. Les joueurs ont connu des moments difficiles avec la crise du covid. Il y a eu l’Euro puis, l’année suivante, il y a donc le Mondial. Trop, c’est trop. Cette Ligue des Nations aurait dû être annulée. Si on demandait l’avis aux clubs, ils seraient sur la même longueur d’onde que moi ».

Qu’à cela ne tienne, c’est un trophée toujours intéressant à remporter vu l’adversité. « Surtout que nous serons revanchards face à nos voisins. J’ai joué avec de nombreux Français durant ma carrière et je les trouvais déjà un peu chauvins. Ils n’ont pas changé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Daniel Renard

    Standard

    Marc Wilmots: «Le Standard vend beaucoup et quand on vend, on ne se renforce pas»

  • PHOTONEWS_10941750-070

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Salaire des stars: CR7 détrône Messi, Hazard dans le top 10

  • Shamar Nicholson a bien été secoué contre Bruges.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Shamar Nicholson contre Malines? Du 50-50

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous