Bart De Wever: «Nous sommes pris en otage par ces mesures sanitaires»

PHOTONEWS_10934333-045
Photo News.

Pour Bart De Wever (N-VA) et si cela ne tenait qu’à lui, les masques buccaux devraient être supprimés. « La Flandre va atteindre un record mondial dans le taux de vaccination. Nous sommes pris en otage par des mesures sanitaires qui ne sont désormais plus supportées », explique-t-il sur VTM Nieuws.

Le bourgmestre d’Anvers pointe du doigt le contraste avec Bruxelles. En effet, la couverture vaccinale dans la capitale est bien moins complète qu’en Flandre ou en Wallonie. « A Bruxelles, le taux de vaccination des 12-17 ans est de 17 %. C’est difficile de dire à tous les Flamands :“ Continuez à suspendre et à limiter vos activités car il y a un problème ailleurs”. (…) J’ai l’impression que nous pouvons mettre tout ça derrière nous », a-t-il indiqué. « On peut toujours rester prudent et prendre des mesures d’hygiène comme avec la grippe. Tout le monde peut aussi porter un masque buccal, mais que cela reste obligatoire pour tout le monde et partout, il faut pouvoir mettre ça derrière nous .»

A Anvers, Bart De Wever indique que la ville devrait atteindre 83 % des vaccinations. Il souligne toujours qu’un effort est toujours fait pour toucher les groupes les plus difficiles à atteindre et fait preuve également de compréhension à l’égard des personnes ne voulant pas se faire vacciner. « Il ne faut pas les stigmatiser et les ranger comme des égoïstes qui ne prennent pas leurs responsabilités. C’est comme ça que vous obtenez vraiment un mouvement anti-vax militant et agressif. » Pour Bart De Wever, il ne faut pas obliger la population à se faire vacciner.

« Il s’agit des droits et libertés fondamentaux des citoyens qui sont restreints. Ce n’est pas rien. Et cela se produit avec la signature d’un ministre. » Il a également pointé du doigt la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement et les différents ministres mais nie viser la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V). « Il s’agit de politique, de texte, je ne l’attaque pas personnellement. Je joue sur le contenu, pas sur la personne. Ces premières décisions ministérielles ne venaient pas d’elle et elles furent vaines. C’est une question de politique et je pense que les Affaires intérieures ont échoué », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous