Georges-Louis Bouchez devra être réélu au MR pour mener la prochaine campagne électorale

PHOTONEWS_10580291-005
Photo News.

Ce dimanche, sur le plateau de « L’invité » de RTL, Georges-Louis Bouchez a mis les choses au point concernant les changements de statut pour le mandat présidentiel à la tête du MR, qu’il veut faire passer de quatre à cinq ans. « J’ai voulu allonger ce mandat d’un an pour coller aux mandatures fédérales et régionales. Mais ce changement sera effectif pour le prochain mandat présidentiel. » Pas question donc de voir Georges-Louis Bouchez allonger son propre mandat d’un an, ce qui lui aurait permis d’être président pendant les prochaines élections. Si GLB veut prolonger à la tête du Mouvement Réformateur (qui n’aura sans doute plus ce nom-là), il devra donc passer par une nouvelle élection interne. Pour rappel, il a été élu à la tête du MR le 28 novembre 2019, son mandat s’arrêtant donc à l’automne 2023 (soit six mois avant le prochain scrutin).

En juillet, la décision de révision de statuts du Mouvement Réformateur, prévoyant cette prolongation à cinq ans, avait déclenché des remous en interne. Le passage du mandat présidentiel de quatre à cinq ans avait été ciblé par quelques ténors du parti qui voyaient là une manœuvre de Bouchez pour rester un an supplémentaire à la tête du parti afin de s’assurer de négocier les accords de gouvernement. Les avis étaient partagés sur l’effectivité de cette réforme : serait-elle en application dès ce mandat ou pour le prochain ? C’est désormais tranché.

Sur le même sujet
ÉlectionsMR
 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous