Un élargissement du Covid Safe Ticket possible à Bruxelles, certaines voix s’élèvent contre les mesures sanitaires

PHOTONEWS_10937348-017
Photo News

A Bruxelles, les règles sanitaires risquent de changer dans les prochaines semaines. Actuellement le Covid Safe Ticket n’est d’application que pour les événements de masse. Il pourrait être utilisé dans d’autres circonstances étant donné la situation sanitaire difficile dans la capitale.

La Région Bruxelloise est désormais en rouge foncé sur la carte des voyages du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). En effet, la situation sanitaire dans la capitale est plus préoccupante qu’en Flandre et en Wallonie. En cause ? Un faible taux de vaccination et une circulation préoccupante du variant delta. L’idée d’élargir l’utilisation du Covid Safe Ticket à Bruxelles fait donc réfléchir de plus en plus de monde.

C’est le cas notamment de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), qui plaide pour l’utilisation élargie de cet outil. Selon elle, « ce qu’il faut absolument éviter c’est de fermer à 100 % certains secteurs où les gens ne peuvent plus s’en sortir. On n’en veut pas. Nous avons cet instrument, mais que nous devons doser. Nous sommes en ce moment en train de préparer le terrain pour aider Bruxelles pour permettre une éventuelle utilisation plus large du corona pass », a-t-elle expliqué sur le plateau de la VRT.

Il serait question d’étendre le Covid Safe Ticket pour l’horeca, l’événementiel, le monde de la nuit et les salles de congrès. Un élargissement qui pose question dans ces secteurs. Pour l’administrateur délégué de la Fédération Horeca de Bruxelles, Fabian Hermans, l’utilisation du pass uniquement à Bruxelles n’est pas une solution. « Si demain le pass est uniquement bruxellois, il n’y a personne qui ira dans nos boîtes de nuit. On va retrouver du monde à Anvers, à Liège, à Namur, à Hasselt, et nos établissements vont rester vides. Ce CST où il est national ou il n’y en a pas ».

Lachaert contre l’élargissement du pass

Le président de l’Open VLD, Egbert Lachaert, souhaite mettre fin aux mesures sanitaires « dès maintenant », a-t-il dit à De Zevende Dag. Il a par ailleurs exprimé son opposition à la généralisation du pass sanitaire pour les secteurs de l’horeca et de l’événementiel. « Pour la grande partie de notre territoire, je ne vois pas la nécessité d’étendre l’utilisation du pass sanitaire », a-t-il évoqué.

« Nous avons toujours fait des efforts pour alléger le fardeau des hôpitaux. Il y a environ 600 personnes à l’hôpital. C’est beaucoup, mais le système peut le supporter. Les infections sont en augmentation, mais la plupart des gens ne finissent pas à l’hôpital. Tant que les vaccins fonctionnent contre les variants, nous ne devrions pas restreindre la liberté des citoyens. Nous sommes devenus conditionnés à utiliser des laissez-passer et des certificats », a-t-il souligné.

De Wever veut la fin du masque en Flandre

Pour Bart De Wever (N-VA) et si cela ne tenait qu’à lui, les masques buccaux devraient être supprimés. « La Flandre va atteindre un record mondial dans le taux de vaccination. Nous sommes pris en otage par des mesures sanitaires qui ne sont désormais plus supportées », explique-t-il sur VTM Nieuws.

Le bourgmestre d’Anvers pointe du doigt le contraste avec Bruxelles. En effet, la couverture vaccinale dans la capitale est bien moins complète qu’en Flandre ou en Wallonie. « A Bruxelles, le taux de vaccination des 12-17 ans est de 17 %. C’est difficile de dire à tous les Flamands : « Continuez à suspendre et à limiter vos activités car il y a un problème ailleurs ». (…) J’ai l’impression que nous pouvons mettre tout ça derrière nous », a-t-il indiqué. « On peut toujours rester prudent et prendre des mesures d’hygiène comme avec la grippe. Tout le monde peut aussi porter un masque buccal, mais que cela reste obligatoire pour tout le monde et partout, il faut pouvoir mettre ça derrière nous ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous