Accueil Monde France

Attentats de Paris: Stanislas Eskenazi, avocat d’Abrini, une tête brûlée à la poursuite de ses obsessions

Celui qui défend Abrini depuis 2016 part à Paris entamer un marathon judiciaire programmé sur deux ans, au risque de se cramer. Un sacerdoce motivé, dit-il, par l’obsession de « comprendre ». Rencontre avec un avocat qui n’a pas peur des marges, pour les avoir fréquentées de près. Notamment à Molenbeek.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 8 min

Un boxeur, ça boxe », professait en guise de morale implacable Sylvester Stallone dans le très dispensable Rocky Balboa, sorti en 2006. Un avocat aussi, parfois, ça boxe. Stanislas Eskenazi, qui défend depuis 2016 Mohamed Abrini – accusé d’avoir joué un rôle de préparation dans les attaques de Paris et identifié comme le troisième terroriste de l’aéroport de Zaventem –, est en tout cas de ceux qui alignent les crochets sur le ring, pour de vrai. Trois fois par semaines, pour être précis. Mais ses directs, il aime aussi les entretenir en dehors des cordes, et sans les gants. Le verbe est chez lui aiguisé, parfois cru, et son sourire s’étire à mesure qu’il aligne les punchlines, assorties des « putain » qui viennent les tamponner.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 6 septembre 2021, 15:50

    J'espère qu'ils auront le maximum, et ce ne sera pas encore assez.

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 6 septembre 2021, 13:29

    Trop d argent dépensé pour ces crapules

  • Posté par Jean Luc, mardi 7 septembre 2021, 10:29

    Marie-rose, vous avez raison. Mais la faiblesse de nos démocraties, c'est de ne pas les pendre haut et court.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 6 septembre 2021, 16:09

    Norbert, ne comprenez-vous pas que c'est la force de nos démocraties de juger ces "crapules" en respectant strictement nos règles de droit, malgré ce qu'il en coûte ?

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs