Accueil Culture Cinéma

Anya Taylor-Joy, the Queen of the écran(s)

L’actrice, passée au rang de star depuis « Le jeu de la dame », est à l’affiche de « Last Night in Soho ». Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Un visage à la fois angélique et inquiétant, comme si elle ne laissait jamais totalement deviner ce qu’elle pense. Un regard perçant et profond. Une prestance, une présence aussi, tant à l’écran que sur les tapis rouges, où elle se plie à l’exercice de poser devant les photographes, telle une icône tout droit sortie des sixties. Véritable étoile montante des écrans, tant celui du cinéma que celui de la télévision, Anya Taylor-Joy était au centre de l’attention ce week-end à la Mostra. Après son rôle de Beth Harmon dans The Queen’s Gambit (Le Jeu de la dame), série Netflix incontournable des confinements, elle est l’une des deux stars de Last Night in Soho, giallo version Edgard Wright (le réalisateur de Baby Driver), qui met aussi à l’honneur la fantastique Thomasin McKenzie. Un rôle hypnotique, qui permet à Taylor-Joy de briller, sur le Lido et à l’écran.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs