Marius Gilbert sur le pass sanitaire: «C’est totalement paradoxal»

Potrait Marius Gilbert

L’un des experts francophones les plus connus du grand public pour ses nombreuses apparitions télévisées se livre dans un opus qui sort ce mardi, humblement intitulé « Juste un passage au JT ». Marius Gilbert y revient sur une crise d’ampleur vécue de l’intérieur, comme observateur privilégié. L’épidémiologiste le plus posé et mesuré du paysage audiovisuel manie la plume comme ses sorties médiatiques : pédagogique mais jamais pédant, juste et cristallin. Tourné vers l’avenir aussi, et sur les leçons à tirer de cette crise sans précédent. S’il égratigne au passage certaines personnes (dont l’ex-ministre de la Santé, Maggie De Block), l’auteur le fait aussi à sa manière, sans excès et à fleurets mouchetés.

Dans une longue interview accordée au Soir, il revient aussi sur la situation sanitaire et prévient, la crise n’est pas encore tout à fait derrière nous. Extrait.

Le pass sanitaire ne vous séduit pas ?

C’est totalement paradoxal. D’un côté, on encourage à la vaccination en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un acte de solidarité, pour se protéger mutuellement. Puis la première chose qu’on fait, c’est de diviser la société en deux, entre ceux qui ont le vaccin – et qui pourront faire un certain nombre de choses – et ceux qui ne l’ont pas. Et la solidarité s’envole. Moi aussi, le discours des anti-vax m’énerve parfois. Mais il faut respecter les gens et leurs peurs.

Un entretien à découvrir dans Le Soir Plus

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous