Accueil Culture Cinéma

Bébel, le patriarche du clan Belmondo

Les femmes, les enfants mais aussi les amis étaient indissociables de l’idée de clan chez Jean-Paul Belmondo.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

« Avoir cette belle famille autour de moi et en être le patriarche me comble en permanence », avait confié Jean-Paul Belmondo en 2017. Les dimanches étaient sacrés pour le clan de Bébel qui avait l’habitude de se réunir autour d’un plat de pâtes concocté par Luana, sa belle-fille. Les origines piémontaises de son père, le sculpteur Paul Belmondo (1898-1982), n’étaient pas pour rien dans cet appétit pour la cuisine italienne ni dans ce sens aigu de la famille. Si le comédien n’a cessé de rendre hommage à son père, il adorait sa mère Madeleine, une artiste peintre. Enfant, elle l’emmenait au théâtre, au cirque et au cinéma. Elle lui a fait découvrir Jules Verne. Le soir de sa mort en 1996, il a décidé de monter sur scène pour jouer La Puce à l’oreille de Feydeau au Théâtre des Variétés. Depuis le décès de « Mamie Madeleine », les membres de la tribu s’étaient resserrés autour de Luana.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs